Goldwasser Exchange

+32 (0)2 533 22 40
Du lundi au vendredi de 8h30 à 18h

Accès client

Une demande supérieure à 20 milliards pour les nouvelles obligations Petrobras

En levant quatre milliards de dollars destinés au refinancement de sa dette, Petrobras a bouclé ce lundi la première émission de l’année sur le marché primaire latino-américain.

Le géant pétrolier brésilien, qui souhaite refinancer l’entièreté de sa dette d’ici à 2020, a visiblement voulu profiter de la détente de ses taux de financement pour venir solliciter les investisseurs.

On se souvient qu'au cours de la semaine qui a vu la victoire surprise de Donald Trump début novembre, le rendement de ses obligations à dix ans en dollars avait atteint 8,30%, pour retomber progressivement autour des 7% la semaine passée.

Le groupe, noté dans la catégorie spéculative, a tout de même dû mettre le prix pour séduire les investisseurs, puisqu’il a dû offrir un rendement à l’émission de 6,125% pour son nouvel emprunt à six ans et de 7,375% pour celui remboursable dans dix ans.

L’engouement des investisseurs, matérialisé par une demande supérieure à 20 milliards de dollars, a malgré tout permis au groupe de faire baisser la prime d’émission annoncée à l’entame des opérations.

Les deux obligations, de type senior non-sécurisé, sont libellées par coupures de 2.000 dollars ce qui implique donc un risque de change.

Petrobras Global Finance BV, noté B+ chez Standard & Poor’s et B2 chez Moody’s, s’engage à verser les intérêts sur une base semestrielle, avec un premier versement fixé au mois de juillet prochain.

Offre de rachat sur sept émissions existantes

Le produit de l’émission sera consacré au refinancement de la dette de l’entreprise, à savoir son offre de rachat sur sept émissions à taux fixe et variable arrivant à maturité en 2019 et 2020. 

La liste des obligations concernées par l'offre de rachat sont reprises dans un communiqué de presse du géant étatique brésilien. Petrobras est pour rappel l’une des entreprises sud-américaines les plus endettées, avec une dette dépassant les 100 milliards de dollars.