Goldwasser Exchange

+32 (0)2 533 22 40
Du lundi au vendredi de 8h30 à 18h

Accès client

Coupon payé pour l’obligation Frontier Communications (9% - 2031) par 1.000 dollars

Retour sur deux des obligations émises par l’opérateur télécom américain Frontier Communications, anciennement Citizens Communications Company.

L'entreprise se définit comme le quatrième plus important fournisseur de services de télécommunications locales aux États unis. Plus concrètement, la compagnie est présente dans 29 états américains et propose des services variés (vidéo à la demande, internet à haute vitesse, transfert de données etc.), à une clientèle résidentielle et d’entreprises à travers, notamment, son réseau de fibre optique.

Frontier Communications évolue dans un environnement hautement concurrentiel, où de grands acteurs comme Alphabet (Google), Amazon ou Netflix s’affrontent. Le groupe américain doit aussi composer avec les opérateurs télécoms Century Link et Sprint.

Frontier Communications tire l’intégralité de ses revenus des États-Unis. Il y a réalisé en 2015 un chiffre d’affaires de 5,58 milliards de dollars et un résultat d’exploitation de 752 millions, sur base des dernières données annuelles disponibles.

Moody’s moins optimiste

Sa dette nette était de 17,6 milliards le 30 septembre dernier, date de clôture des derniers résultats trimestriels. Des chiffres qualifiés de décevants par Moody’s, notamment par la perte du nombre d’abonnés et la baisse associée de l’excédent brut d’exploitation, malgré le rachat du réseau fixe de Verizon en Californie, en Floride et au Texas.

L’agence de rating a dès lors dégradé d’un cran la note de Frontier Communications à « B1 ». Le précédent rating «Ba3 » était basé sur l’espoir que l’entreprise réalise des synergies grâce à ses acquisitions, ce qui lui aurait permis de dégager des flux de trésorerie excédentaires et réduire ainsi sa dette, a précisé Moody’s. Et celle-ci de préciser qu’elle avait depuis lors changé d’avis, pariant désormais sur une stabilité du chiffre d’affaires et sur des accès de faiblesses au niveau de l’excédent brut d’exploitation et des flux de trésorerie.

Ceci peut expliquer le niveau important de la prime de risque demandée par les investisseurs pour détenir du papier obligataire Frontier Communications.

Plus de 10% de rendement par 1.000 dollars

L’opérateur est présent sur le marché de la dette avec une obligation échéant en 2031 et qui offre un coupon de 9%, versé le 15 août et le 15 février de chaque année (2x 4,5%). Négociable par coupure de 1.000 dollars (risque de change), cette obligation peut donc être achetée avec très peu d’intérêts courus à débourser. Il faut compter actuellement sur un cours de 89% du nominal, ce qui correspond à un rendement de 10,49%.

Précisons que la très longue durée de l’emprunt le rend particulièrement sensible à l’évolution des taux longs américains.

Sur les échéances de moyen terme, on peut citer cette tranche obligataire à maturité 15 janvier 2023 servant un coupon de 7,125%. Cette obligation, libellée par coupures de 2.000 dollars, peut être achetée à 92,24%, correspondant à un rendement de 8,84%.

Il s’agit à chaque fois d’emprunts spéculatifs, comme le souligne le rating « BB- » chez Standard & Poor’s.

Sources

Les communiqués de Frontier Communications

Moody's downgrades Frontier to B1, outlook negative