Goldwasser Exchange

+32 (0)2 533 22 40
Du lundi au vendredi de 8h30 à 18h

Accès client

Gategroup sert un coupon de 3% sur sa nouvelle obligation en franc suisse

Émise il y a quelques jours, l’obligation du groupe suisse Gategroup, un prestataire de services pour le transport aérien racheté récemment par le chinois HNA, est bien orientée dans les échanges sur le marché secondaire. Les prix restent cependant proches du pair.

Plus concrètement, il y a moyen d’acheter l’obligation Gategroup Finance Lux SA à 100,5% du nominal, correspondant à un rendement de 2,89% sur base d’une échéance fixée au 28 février 2022 et d’un coupon de 3%. L’émetteur est une structure basée au Luxembourg et filiale du Suisse Gategroup Holding AG, le numéro deux mondial du «catering» après LSG Sky Chefs (Lufthansa).

Acquisition de Servair

Les fonds levés serviront à rembourser le crédit-pont contracté pour financer le rachat des 49,99% d’Air France-KLM dans Servair. Cette acquisition, qui inclut la prise de contrôle opérationnelle de la société acquise, a permis de créer le numéro un mondial de la restauration aérienne, de quoi soutenir l’activité et les ventes.

En 2015, Gategroup a réalisé un chiffre d’affaires de 3 milliards de francs suisses (+/- 2,82 milliards d’euros au cours actuel) et un Ebitda (excédent brut d’exploitation) de 169 millions (+/- 159 millions d’euros). La société, présente dans 60 pays, emploie actuellement 39.000 personnes dans le monde (hors acquisition de Servair), et sert 300 compagnies aériennes.

Ses résultats financiers détaillés sont disponibles à la rubrique « Investisseurs » de son site internet.

Risque de change

Cette ligne obligataire, qui ne bénéficie d’aucun rating, se négocie par coupures de 5.000 francs suisses (+/- 4.694 euros). Il y a dès lors lieu de tenir compte d’un risque de change, lié à la devise d’émission.

Si les prévisions en matière d’évolution des changes sont toujours très difficiles, force est de constater que ces derniers mois, la monnaie helvétique semble avoir le dessus sur l’euro. La progression est même assez nette depuis le début du mois d’octobre, la devise se renforçant sur la période de l'ordre de 3%.

Ce regain d’intérêt pour le franc suisse peut s’expliquer par le fait que certains investisseurs sont tentés de « vendre » la monnaie unique alors que les sources d’inquiétudes se multiplient ces dernières semaines pour la zone euro (Brexit, risque politique en Italie et en France, retour du dossier grec…). La remontée des rendements (et donc de la prime de risque) observée sur les dettes souveraines françaises, italiennes et grecques reflète ces tensions.

Rappelons par ailleurs que la Banque National Suisse a aboli en août 2015 le cours plancher de 1,20 franc pour 1 euro, laissant sa devise évoluer plus librement sur le marché des changes.