Goldwasser Exchange

+32 (0)2 533 22 40
Du lundi au vendredi de 8h30 à 18h

Accès client

Tabler sur un rendement de 7% pendant deux ans avec l’obligation de la Grèce

Ces dernières semaines, les investisseurs sont repassés à l’achat sur les obligations souveraines grecques. L’accord engrangé il y a deux semaines à l'issue de l’Eurogroupe a soutenu cette tendance haussière.

Pour ne citer qu’un exemple, l’obligation remboursable dans deux ans, le 17 avril 2019, a repris près de six points au cours des deux derniers mois pour se traiter actuellement aux alentours des 96% du nominal, de quoi tabler sur un rendement annuel de 7%, pour autant que l’obligation soit bien remboursée à l’échéance.

Libellée par coupures de 1.000 euros, cette obligation vient tout juste de détacher son coupon annuel, de quoi limiter au maximum les intérêts courus.

La dette grecque relève bien sûr de la catégorie spéculative aux yeux des agences de notation, Standard & Poor’s attribuant par exemple une note « B- » à cet emprunt de trois milliards d’euros.

Nouvelles mesures d'économies

Comme évoqué en introduction, les investisseurs semblent avoir été rassurés par l’accord relativement surprise engrangé le 7 avril dernier lors de l’Eurogroupe, la réunion qui rassemble pour rappel les différents ministres des Finances de la zone euro.

La Grèce et ses créanciers (la Banque centrale européenne, le Mécanisme européen de stabilité et le monétaire international) se sont mis d’accord sur les réformes à mettre en oeuvre, à savoir notamment de nouvelles mesures d’économies.

Athènes s’est en effet engagée à réduire ses dépenses à raison de 2% de son produit intérieur brut entre 2019 et 2020, ce qui représente plus de 3,6 milliards d’euros. Une nouvelle réforme des retraites est également prévue (la quatorzième en sept ans), ainsi qu’un nouvel abaissement du seuil d’imposition.

Cet accord de principe sur la réduction des dépenses devrait permettre de débloquer le versement d’une nouvelle tranche d'aide financière, nécessaire à la Grèce pour honorer ses créances de plus de sept milliards d’euros échéant cet été.

On pense à l'emprunt obligataire servant un coupon fixe de 3,375% remboursable le 17 juillet prochain.