Goldwasser Exchange

+32 (0)2 533 22 40
Du lundi au vendredi de 8h30 à 18h

Accès client

Gaz Métro, une nouvelle obligation par coupures de 1.000 dollars canadiens

Oblis prend la direction du Canada ce jeudi, à l’occasion de l’arrivée dans notre sélection d’un nouvel émetteur : le groupe Gaz Métro, principal distributeur de gaz naturel au Québec, actif par ailleurs dans la production et la distribution d’électricité.

L’entreprise précise sur son site internet qu’elle exploite dans cette province du Canada un réseau de conduites souterraines de plus de 10.000 kilomètres, qui dessert 300 municipalités et connecte 205.000 clients. Elle est également présente dans le Vermont, cet état du nord-est des États-Unis bordé au Nord par la province du Québec, où elle sert 315.000 clients.

Gaz Métro souligne par ailleurs qu’elle est impliquée dans le développement de projets énergétiques novateurs tels que le gaz naturel comme carburant, le gaz naturel liquéfié en remplacement d’énergies plus polluantes, la production d’énergie éolienne, solaire et à partir du biométhane (du gaz naturel renouvelable et carboneutre).

Gaz Métro est détenu à hauteur de 29% par Valener, une structure cotée en Bourse et qui permet au public d'investir dans l'entreprise. Le solde de 71% est aux mains de Gaz Metro Inc, un véhicule contrôlé in fine par la Caisse de dépôt et placement du Québec. Cette dernière exerce un rôle d'investisseur institutionnel de long terme, gérant 270 milliards de dollars canadiens de fonds (+/- 178 milliards d'euros), appartenant à des organismes publics et parapublics.

Plutôt discret sur son chiffre d’affaires, Gaz Métro a réalisé un bénéfice net de 214,7 millions de dollars canadiens (+/ 142 millions d'euros) à l’issue de son exercice 2016, en hausse de 25,7 millions (+- 17 millions d'euros) sur un an, selon le dernier communiqué relatif aux résultats annuels. Cela représente un bénéfice par action de 1,28 dollar (0,85 euro), une partie de ce montant remontera donc vers les actionnaires, notamment Gaz Metro Inc, la structure qui a émis l’emprunt obligataire sous revue.

Un rendement de 3,5%

L’obligation affiche une maturité égale au 16 mai 2047 et offre un coupon de 3,53%. Négociable par coupure de 1.000 dollars canadiens (+/- 660 euros), elle peut être achetée à 100,40%, correspondant à un rendement de 3,51% jusqu’au premier call fixé le 16 novembre… 2046. Standard & Poor’s n’attribue aucun rating à cet emprunt de long terme. Outre l’incertitude liée à l’émetteur et à la devise d’émission, il y a lieu ici d’être également particulièrement attentif au risque de remontée des taux.