Goldwasser Exchange

+32 (0)2 533 22 40
Du lundi au vendredi de 8h30 à 18h

Accès client

Une demande de 31 milliards d'euros pour le nouvel emprunt de la France à trente ans

L’élection présidentielle et son lot d’incertitudes maintenant derrière nous, l’agence française de la dette a frappé un grand coup cette semaine, en proposant aux investisseurs de souscrire à une nouvelle obligation de référence à trente ans.

Et le moins que l’on puisse dire est que l’engouement suscité par cette émission fut au rendez-vous, illustré par une demande plus de sept fois supérieure à l’offre.

Au final, l’agence française de la dette a levé quelque sept milliards d’euros sur cette nouvelle échéance, contre quatre milliards annoncés à l’entame des opérations.

Pour rappel, la dette française a connu un mouvement de défiance relatif ces derniers mois, les intervenants de marché s’inquiétant d’une potentielle victoire de Marine le Pen, de l’éventualité d'un « Frexit » ou encore d’un second tour réunissant la candidate du Front National et Jean-Luc Mélenchon.

Baisse des écarts de taux

Cette méfiance s’était traduite par une envolée de l'écart de taux (« spread ») entre les obligations d’Etat français et allemand à dix ans, lequel avait atteint un pic de 80 points de base à la mi-février. En cette fin de semaine, ce spread se situe autour de 45 points de base.

Certains observateurs rappellent toutefois qu’après la période de tensions présidentielles, un scénario défavorable pour le parti d’Emmanuel Macron aux législatives pourrait raviver certaines tensions sur le marché de la dette.

L’écart de taux entre les deux locomotives de la zone euro n'est d'ailleurs pas encore revenu à ses niveaux d'avant l'élection de Donald Trump.

Un coupon de 2% par 1.000 euros

L’appétit retrouvé des investisseurs pour la dette française est naturellement une bonne chose pour l’Hexagone, qui emprunte en moyenne 200 milliards d’euros chaque année sur les marchés financiers.

Notée « AA » et assortie d’une perspective stable, la dette française totalise quelque 1.600 milliards d’euros. Celle-ci est détenue à plus de 60% par les investisseurs étrangers, dont la moitié sont européens.

Concernant la nouvelle obligation, elle arrivera à maturité en 2048 et offre un coupon fixe de 2%. Elle a été pricée à un cours de 100,06% du nominal, ramenant son rendement annuel à 1,99%.

Source

Les Echos, Les marchés plébiscitent la première levée de dette de la présidence Macron