Goldwasser Exchange

+32 (0)2 533 22 40
Du lundi au vendredi de 8h30 à 18h

Accès client

Dettes des Etats: la Belgique, prochaine victime des marchés?

Les taux d’intérêts belges à dix ans s'affichent une nouvelle fois en hausse, de plus de 1% à 4,43%. Ce serait, selon certains analystes, le taux d’endettement élevé de la Belgique qui expliquerait que la prime de risque, exigée par les investisseurs pour détenir des obligations belges, soit de plus en plus élevée.

A l’inverse, le Bund allemand à dix ans s’affiche en baisse de 0,65% à 2,438%. L'écart entre le taux belge et le taux du Bund allemand à dix ans - le spread - est donc de près de 200 points de base (1,994%), un record absolu.

Pour rappel, le « Bund allemand » est la référence des marchés en raison de la stabilité financière de l'Allemagne.

Selon certains analystes, ce serait davantage l’endettement de la Belgique qui poserait problème aux yeux des marchés, plutôt que la crise politique, laquelle n'aurait qu'un impact relativement faible sur les taux d’intérêts belges.

Après l'Italie et la Grèce, la Belgique figure à la troisième position dans le tableau des pays les plus endettés de la zone euro, avec une dette publique de près de 100% du PIB. Une situation qui se reflète dans les taux d'intérêts exigés par les investisseurs pour détenir des obligations belges.

Les taux d’intérêts italiens et espagnols à dix ans atteignent quant à eux une nouvelle fois des records, respectivement à 6,077% et 6,245%.

Pour rappel, comme nous vous l'annoncions dans l’article « Notre classement des Etats les plus solides de la zone euro », la Belgique figure juste après l'Italie et l'Espagne, et pourrait donc se révéler être, la prochaine cible des marchés.