Goldwasser Exchange

+32 (0)2 533 22 40
Du lundi au vendredi de 8h30 à 18h

Accès client

Praktiker: participation insuffisante au vote, le point sur le plan de relance

L’actualité se bouscule pour la chaîne allemande de bricolage. Le groupe a publié ce lundi le résultat du vote concernant l’obligation 2016. Le distributeur a par ailleurs fait état de progrès qu’il qualifie de significatifs au niveau du financement de son plan de relance.

Pour rappel, les détenteurs de l’obligation d’une maturité égale au 10 février 2016 étaient appelés au vote, entre le 24 et le 27 septembre dernier, à la demande de Alandsbanken Asset Management Ab et de VPB Finance SA, tous deux détenteurs d’obligations Praktiker. Le vote, qui avait lieu sans réunion, portait sur la nomination de Dr Ingo Scholz, avocat, en qualité de représentant commun des créanciers obligataires et de le doter de l'autorisation d'exercer certains droits. Ces derniers portaient notamment sur la possibilité pour l’avocat de discuter d’une modification des conditions de l’emprunt (*). Cependant, faute d’un quorum suffisant, la résolution n’a pu être votée. Seul un peu plus de 10% (10,5%) de l’encours de l’emprunt était en effet représenté, bien en deçà des 50% exigés.

Par ailleurs, Praktiker a annoncé ce mardi avoir sécurisé une part significative de ses besoins de refinancement. Pour ne retenir que les mesures principales, le groupe allemand de DIY a ainsi obtenu 40 millions d’euros d’un consortium d’investisseurs emmenés par la banque australienne Semper Constantia. Il a également obtenu de ces derniers l’engagement pour 20 millions d’euros supplémentaires, après la finalisation de l’augmentation de capital décidée le 4 juillet dernier. Ces deux éléments ont permis une extension de trois ans de la ligne de crédit existante auprès d’un groupe de banques dont Commerzbank et d’un montant de 40 millions d’euros. Praktiker compte également finaliser d’ici peu un prêt supplémentaire de 15 millions d’euros, peut-on lire dans le communiqué.

Au final, si Praktiker vient de franchir une série d’étapes, la prudence reste de mise sur le sort de la chaîne allemande de bricolage. Sur le marché secondaire - là où s’échangent les titres de dettes déjà émis -, l’obligation 2016 se traite aux alentours de 40% du nominal.

---
(*) Toutes les précisions peuvent être obtenues ici et ici.