Goldwasser Exchange

+32 (0)2 533 22 40
Du lundi au vendredi de 8h30 à 18h

Accès client

Augmentation de capital réussie pour Praktiker, le point sur l’obligation 2016

Praktiker AG a bouclé vendredi son augmentation de capital. La chaîne allemande de bricolage franchit donc une nouvelle étape dans le financement de son plan de restructuration.

L’entreprise a levé un total de 60 millions d’euros, conformément à la décision de l’assemblée générale du 4 juillet dernier. Concrètement, Praktiker a émis 55,6 millions nouvelles actions à un prix de 1,08 euro par action. 30,6 millions de ces nouveaux titres ont été attribués aux détenteurs de droits de souscription, soit un taux de souscription de 55%. Les 25 millions restants ont été souscrits par Donau Invest Beteiligungs Ges.m.b.H. (Donau Invest), société derrière laquelle on retrouve Alain de Krassny, époux d’Isabella de Krassny, la gestionnaire du fonds chypriote « Mazeltov »

Le capital nominal de Praktiker passe de 58 millions d’euros à 113,56 millions d’euros.

Cette opération permet à Praktiker AG de satisfaire aux conditions d’octroi de certains des crédits nécessaires à la mise en oeuvre du plan de restructuration. L'augmentation de capital est en outre l'avant dernière étape d'un plan de restructuration, dont le montant est estimé à 160 millions d'euros.

En difficulté financière, la chaîne allemande de bricolage tente en effet depuis des mois de redresser la barre, à travers un plan de relance. Si ce dernier passe par la réduction des activités à l’international, il implique également des efforts dans le chef des actionnaires ou des employés. Il fut question également de mettre à contribution les détenteurs de l’obligation 2016, à travers une modification des conditions de l’emprunt. Cette tentative a tourné court.

D’une maturité égale au 10 février 2016, cette obligation est disponible ce lundi sur le marché secondaire à 59% du nominal. L’investisseur peut dès lors compter sur un rendement de 27% compte tenu d’un coupon de 5,875%. L’obligation, qui ne bénéficie d'aucun rating, renoue par la même occasion avec ses niveaux de juillet 2011. Le titre de dette avait alors brutalement décroché, en réaction à un avertissement sur résultats.