Goldwasser Exchange

+32 (0)2 533 22 40
Du lundi au vendredi de 9h à 17h30

Accès client

Praktiker proche de la faillite, l’aventure semble terminée

Selon des sources de marché, la chaîne allemande de bricolage en grandes difficultés financières Praktiker serait sur le point de déposer le bilan. 

Jusque tard dans la nuit de mercredi à jeudi, la direction a tenté, en vain, d’aboutir à un accord de refinancement avec ses créanciers. Selon Bloomberg, à l’issue de négociations infructueuses, Praktiker aurait indiqué « être désormais insolvable, face à une dette excessive et un manque de liquidité ».

Des alternatives de financement étaient devenues nécessaires suite à l’échec de la vente de la participation de Praktiker dans le groupe luxembourgeois Batiself SA. Cette cession était par ailleurs l’un des éléments inhérents au plan de restructuration et de relance mise en œuvre l'année passée.

Il faut dire que les mauvaises nouvelles se sont succédées ces deux dernières années: lourdes pertes annuelles, restructuration, cessions d’actifs, changement de direction... Fin 2011, il fut même question de mettre à contribution les porteurs de l’obligation 2016 à travers une modification des conditions de l’emprunt. Concrètement, il avait été proposé une réduction drastique du coupon (5,875% à 1%). Cette tentative avait cependant tourné court, les détenteurs ayant répondu négativement à cette proposition (lire ici).

En terme opérationnel, le premier trimestre avait été décevant, doublé de perspectives prudentes. L’année dernière, la chaîne de bricolage avait du acter une perte nette (après impôts) de 188,9 millions d’euros face à des ventes totalisant tout de même 3 milliards d’euros. En 2011, la perte s’élevait à 554,7 millions.

Le cours actuel de l'obligation ... : 5%

Sur le marché secondaire, les derniers prix en vigueur de l’obligation, situés entre 2 et 5%, témoignent de la situation dramatique dans laquelle se trouve empêtré le distributeur allemand. A la mi-mars, elle se traitait pourtant encore à 80% du nominal, avant de connaître une nouvelle descente aux enfers qui nous mène aux cours actuels.

Cet unique emprunt de la chaîne de bricolage avait été émis en février 2011, lui permettant de lever à l'époque 250 millions d’euros à échéance 10 février 2016.