Goldwasser Exchange

+32 (0)2 533 22 40
Du lundi au vendredi de 9h à 17h30

Accès client

Est-ce le grand retour des devises émergentes ?

Malmenées l'année passée sur le marché des changes, les devises émergentes semblent de nouveau attirer l’intérêt des investisseurs. Le réal brésilien, la livre turque et la roupie indienne pour ne citer qu'elles se sont en effet nettement appréciées ces derniers jours.

Interrogé sur CNBC, Mark Yusko, CEO de Morgan Creek Capital Management, explique que « les marchés émergents sont de retour grâce aux efforts entrepris par les banques centrales dans leurs luttes contre les déséquilibres économiques ».

« Et si les investisseurs avaient enterré les devises émergentes, elles pourraient bien être l’une des classes d’actifs les plus performantes cette année. Je pense particulièrement au Brésil, à la Turquie, l’Inde, l’Indonésie et l’Afrique du Sud, les pays les plus touchés en 2013 ».

== > La livre turque

Après un plus bas historique observé fin janvier, la devise turque affiche depuis lors une performance positive de 8% face à l'euro. La livre a notamment pu compter sur le récent résultat des élections municipales marqué par la victoire du Premier ministre Erdogan. 

« C'est un résultat optimiste tout simplement parce que les investisseurs détestent l'incertitude politique et l'instabilité » expliquait ce lundi à Bloomberg Benoit Anne, responsable de la stratégie des marchés émergents à la Société Générale de Londres. ​

« Il y a une ré-appréciation du risque politique à la baisse, ce qui est un facteur substantiel de soutien pour les actifs libellés en livre turque », a-t-il poursuivi. La devise a également pu compter sur le resserrement monétaire entrepris par la Banque centrale de Turquie pour endiguer la chute de sa devise (lire ici).

 

Les investisseurs confortables dans l'évolution de la livre turque pourront notamment se tourner vers l'obligation AAA de la banque publique allemande KfW, à échéance 22 mars 2018 et au coupon de 5,75%. Le rendement tourne actuellement autour des 10,42% sur base d'un prix de 85,45%.
 

 

 

==> Le réal brésilien

La semaine dernière, le real brésilien a progressé de 3,2% face à l'euro, suite à la publication d'un indice d'inflation supérieur aux attentes au mois de mars. L'indicateur du niveau des prix de gros, des prix à la consommation et des prix du secteur de la construction affiche une hausse en glissement annuel de 7,3% et de 1,67% sur un mois, dépassant les attentes les plus optimistes des économistes répertoriés par Bloomberg. Il s’agit par ailleurs de la plus forte hausse de l'indice depuis juillet 2008.

Selon les analystes, cette hausse des prix laisserait présager une nouvelle intervention de la Banque centrale après les hausses successives de son taux directeur de 7,25 à 10,75% ces derniers mois, afin d'enrayer l'inflation dans le pays. Pour rappel, l'augmentation des taux d'intérêt a généralement tendance à rendre la devise concernée plus rémunératrice et donc plus attrayante aux yeux des investisseurs.

 

Sur le marché obligataire, les investisseurs peuvent tabler sur un rendement de 10,70% en réal avec l’emprunt émis par la Nordic Investment Bank. Cette obligation également notée « AAA » est disponible ce jeudi à 92,60% du nominal. D’une maturité égale au 29 janvier 2016, elle offre à son détenteur un coupon annuel fixe de 6%.

 

== > La roupie indienne

Selon Mark Yusko, toujours cité sur CNBC, « l’Inde pourrait bien être l’une des surprises de 2014. Depuis la nomination de Raghuram Rajan au poste de gouverneur de la Réserve fédérale en septembre dernier, les marchés boursiers se sont d'ailleurs bien comportés, au même titre que la roupie ».

A ce sujet, la devise nationale s’est appréciée face à la grande majorité de ses consoeurs ces derniers jours, les investisseurs anticipant la victoire du parti nationaliste d'opposition Bharatiya Janata, porteur de grandes réformes aux prochaines élections.  La devise indienne vient ainsi de toucher son plus haut niveau depuis le mois d'août dernier, à 82,3 roupies pour un euro.

Dans son dernier rapport annuel sur l'état de l'économie indienne, le FMI signalait pour sa part que « l'Inde avait retrouvé une certaine stabilité macroéconomique et financière », précisant toutefois que « les obstacles structurels à la croissance et une inflation toujours élevée restent les principales préoccupations ».

 

Actuellement, l’emprunt International Finance Corporation à maturité 3 décembre 2016 affiche un rendement annuel de 7,05%, compte tenu d’un prix de 101,65% et d’un coupon de 7,75%. L’obligation, notée « Aaa » chez Moody’s, affiche une taille totale émise de 30 milliards de roupies indiennes (+/- 350 millions d'euros). Notons qu'il est possible de se procurer cette obligation auprès de la Société de Bourse Goldwasser Exchange à partir d’un montant équivalent à 25.000 euros.

 

_________________

Sources: Boursorama

  • La roupie indienne grimpe avant les élections législatives d'avril-mai
  • Le real brésilien porté par la hausse des prix