Goldwasser Exchange

+32 (0)2 533 22 40
Du lundi au vendredi de 9h à 17h30

Accès client

Un rendement proche des 4% pour la nouvelle obligation APPLE en dollar australien

Nous vous annoncions en début de semaine qu'Apple travaillait avec ses intermédiaires bancaires à l’émission d’obligations libellées en dollar australien, une première pour le fabriquant de l’iPhone. On en sait désormais un peu plus sur les détails de l'opération.

Selon les premières indications, le fabriquant de l’iPhone devrait proposer des rendements de 3 et 3,85% sur des échéances de quatre et sept ans. La coupure est fixée dans les deux cas à 10.000 dollars australiens. Cette double émission devrait être bouclée dans les prochaines heures. 

Apple est un émetteur de la catégorie « Investment Grade ». Il dispose des ratings « AA+ » chez Standard & Poor’s et « Aa1 » chez Moody’s Investors Service.

Comme à son habitude, Goldwasser Exchange se tient à vos côtés dans le processus de souscription. N’hésitez pas à nous communiquer vos ordres.

En évoquant cette émission obligataire, on ne peut pas faire sans mentionner l’évolution du dollar australien qui est au plus bas depuis plus de six ans face à l’euro et au dollar.

Confrontée à la chute des prix des matières premières dont elle est un grand exportateur, l'Australie doit compter avec la baisse de régime observée en Chine, son principal partenaire commercial. Or, les dévaluations consécutives opérées dernièrement par la Banque centrale chinoise font craindre aux observateurs que le ralentissement économique en Chine ne soit plus important que prévu.

Avec 200 milliards de cash, pourquoi Apple s’endette-il ?

Alors qu’Apple dispose d’une manne de cash considérable, de l'ordre de 200 milliards de dollars, on peut logiquement s'interroger sur les raisons qui poussent l'entreprise à s'endetter sur le marché des capitaux.

Il faut savoir qu’une grosse partie de ce cash est placée à l’étranger. Pour qu’elle puisse être rapatriée aux Etats-Unis, le fisc américain prélèverait dessus une taxe pouvant aller jusqu’à 35%.

Dans un contexte où les grands actionnaires comme Carl Icahn font pression sur le fabriquant de l’IPhone pour qu’il en fasse davantage pour les actionnaires (dividendes et rachat d’actions), Apple semble préférer financer sa politique de redistribution en s’endettant sur le marché obligataire, où les taux n’ont jamais été aussi faibles, plutôt que d’être soumise à l'impôt à sur le rapatriement de liquidités.

Un processus qui a débuté en avril 2013 avec une émission obligataire de 17 milliards de dollars. Depuis lors, Apple a récolté un total de 40 milliards de dollars, 2,8 milliards d’euros, 875 millions de francs suisses, 250 milliards de yens et dans le courant du mois de juillet, 1,25 milliard de livres sterling. Vous pourrez trouver la plupart de ces obligations dans notre sélection.