Goldwasser Exchange

+32 (0)2 533 22 40
Du lundi au vendredi de 8h30 à 18h

Accès client

Air Berlin se déclare en faillite, les obligations s’effondrent

Trois mois après l’annonce de la faillite d’Alitalia, c’est au tour du partenaire allemand d’Etihad de déposer son bilan.

La deuxième plus grande compagnie aérienne allemande a déposé le bilan ce 15 août, suite à la décision de son principal actionnaire, Etihad, de ne plus la soutenir financièrement. Selon Etihad, l’activité d’Air Berlin s’est détériorée à un rythme sans précédent, l’empêchant de surmonter ses défis et de mettre en œuvre des solutions stratégiques.

Sur les dix dernières années, le groupe n’a fini qu’une seule fois dans le vert. En 2016, la perte du groupe s’était chiffrée à 782 millions d’euros. La compagnie accumulait de la dette depuis près de dix ans et en a plus d’un milliard d’euros à son compteur. En juillet, la compagnie perdait 25% de ses clients. Le groupe a fait face à de nombreux retards et annulations, ce pour quoi il a dû payer des millions d’euros de compensations.

Lorsqu'une société se déclare en faillite, le tribunal doit l'approuver et affirmer que la société est incapable de payer ses dettes. Ensuite, si les actifs de la société couvrent au moins le coût de la procédure de faillite, le curateur procède à la réalisation de ses actifs dans le but de rembourser ses créanciers. Cependant, ce genre de procédures peut être long, comme en témoigne par exemple la faillite de la Sabena. L'avenir est donc incertain pour les détenteurs d'obligations de la compagnie allemande. 

Lufthansa, son concurrent principal, est actuellement en pourparlers dans le but de racheter des parties du groupe en faillite. Brigitte Zypries, ministre de l’économie allemande, a fait savoir que les discussions avancent bien et qu’un accord devrait être trouvé dans les mois à venir. Selon la compagnie low-cost Ryanair, un accord avec Lufthansa serait une violation de la règlementation anti monopole, mais cette affirmation a été démentie par Alexander Dobrindt, ministre allemand des transports. La compagnie aérienne Condor serait d'après Bloomberg également inéressée par le rachat de parties d'Air Berlin. 

Afin de ne pas suspendre ses vols en pleine saison haute, Air Berlin a bénéficié d’un prêt relais du gouvernement allemand de 150 millions d’euros.

L’action du groupe, qui valait 12 euros lors de son introduction en bourse en 2006, ne vaut plus que 41 centimes en fin de matinée ce mercredi. La capitalisation boursière de la société est passée sous les 50 millions d'euros. Quant aux obligations, la tranche 6,75%-2019 ne vaut plus que 8% du nominal contre 7% pour la tranche 8,25%-2018. Les deux obligations se traitent sur le marché secondaire sans intérêt courus.

Sources

BBC : Air Berlin files for insolvency buf flights continue

Bloomberg: The Real Losers in Air Berlin’s Demise

Les Echos: Ethiad lâche Air Berlin au bord de la faillite

Forbes : Air Berlin Insolvency Adds to Etihad’s Turbulent Summer