Goldwasser Exchange

+32 (0)2 533 22 40
Du lundi au vendredi de 8h30 à 18h

Accès client

La Bourse d'Istanbul sous pression, le point sur la livre turque

La bourse d’Istanbul et la livre turque se sont nettement repliées ce lundi, plombées par l’escalade diplomatique entre la Turquie et les États-Unis, qui ont décidé d’une suspension réciproque de certains de leurs visas.

Dimanche soir, l’ambassade américaine basée à Ankara a annoncé sa décision de suspendre avec effet immédiat la délivrance de visas, notamment les demandes liées au tourisme et aux voyages professionnels. Les visas d’immigration, s’appliquant aux demandeurs de résidence permanente ou de citoyenneté, ne seraient eux, pas concernés.

Cette décision a été prise par l’administration américaine en réaction à l’arrestation d’un employé du consulat américain d’Istanbul la semaine passée. Accusé de liens avec le prédicateur exilé aux États-Unis Fethullah Gülen, désigné par Ankara comme le cerveau du coup d’État avorté de juillet 2016, il a été placé en détention provisoire sur décision d’une Cour d’Istanbul. Un agissement jugé par Washington comme sans fondement et dommageable pour deux pays.

En réponse à cette décision, la Turquie a fait part d’une décision similaire, en faisant une sorte de copier-coller du communiqué américain, souligne LeMonde.

Chute des marchés turcs

Cette escalade diplomatique n’est en tout cas pas du goût des investisseurs qui délaissaient massivement les actifs turcs à l’ouverture des bourses européennes hier.

L’indice Bist-100 de la Bourse d'Istanbul, qui avait atteint un plus haut historique début août, a perdu jusqu’à 4% en cours de séance avec des baisses significatives pour certains de ses composants dont la compagnie aérienne Turkish Airlines ou le fabricant d'appareils électro-ménagers Arçelik.

La livre turque perdait a laché pour sa part plus de 2% sur le marché des changes face à l'euro. Selon Timothy Ash, stratège chez Blue Bay Asset Management, interrogé par l’agence Reuters, si la devise poursuit sa chute, la Banque centrale turque devra intervenir très vite pour calmer les marchés et relever les taux d'intérêt pour défendre la monnaie.

Ces derniers mois, la bourse turque et la devise locale avaient été soutenues par de bons indicateurs économiques et la confirmation d'une reprise solide de l'économie, avec une croissance du PIB de 5,1% au deuxième trimestre, après un premier trimestre à 5,2%.

10% de rendement annuel

Sur le marché secondaire, l’emprunt 8,50% - 2019, libellé en livre turque, de la Banque européenne d’investissement était orienté en légère baisse à un cours indicatif de 97% du nominal, correspondant à un rendement annuel supérieur à 10%.

Cette émission, de type senior non-sécurisé, dispose d’une note « AAA », le meilleur rating possible sur l’échelle de notation de Standard & Poor’s.

 

Sources

Boursorama, Les tensions avec Washington font chuter les marchés turcs

LeMonde, Les Etats-Unis et la Turquie suspendent en partie leurs services de visas