Goldwasser Exchange

+32 (0)2 533 22 40
Du lundi au vendredi de 8h30 à 18h

Accès client

Lufthansa renforce sa domination sur le ciel allemand grâce aux actifs d’Air Berlin

Ce jeudi était un jour important dans le dossier de reprise d’Air Berlin. Lufthansa et easyJet, derniers en lice pour se partager les actifs de la société aérienne en faillite, devaient être fixés sur les termes finaux.

Lufthansa rafle la mise

Lufthansa a signé hier midi un accord pour un montant de 210 millions d’euros, qui entérine la reprise des filiales LGW et Niki ainsi que 20 autres appareils. C’est au total 81 des 144 avions d’Air Berlin qui reviennent ainsi à Lufthansa, renforçant par cette occasion sa domination sur le ciel allemand.

Le numéro un allemand s’est par ailleurs engagé à réembaucher 3.000 des 8.500 salariés de la compagnie en faillite, qui seront affectés à sa filiale low cost Eurowings. Carsten Spohr, PDG de Lufthansa, a précisé qu’une somme de 1,5 milliard d’euros a été mise à disposition à cet effet.

Enthousiasme chez les investisseurs et inquiétudes sur une augmentation des prix

Alors que la transaction ne prendra effet que lorsque la Commission européenne aura donné son accord, au plus tôt en fin d’année vraisemblablement, les investisseurs ont marqué leur enthousiasme à l’annonce des termes du deal, l’action ayant bondi de 3,2% à la Bourse de Francfort à 25,34 euros, soit son plus haut niveau depuis 2001. Elle a finalement clôturé la séance à 25,04 euros, soit une progression de près de 2% par rapport au cours de clôture de la veille. Les analystes de la banque HSBC ont par ailleurs estimé que « Lufthansa sort renforcé de cette opération avec Air Berlin, ce qui devrait lui assurer une augmentation de ses ventes dans les prochaines années ».

Les inquiétudes sur une hausse des prix ont également fait surface hier dès l’annonce des termes de la transaction avec le numéro un allemand. Tomaso Duso, directeur du département entreprises et marchés à l’Institut économique de Berlin (DIW) a en effet indiqué que « On a raté une occasion de réorganiser le marché allemand du transport aérien au profit de la concurrence et donc des clients. Sur les liaisons intérieures allemandes, comme Cologne-Munich ou Berlin-Francfort, il est probable qu’un quasi-monopole se crée. Cela ne se fera pas sans hausse des prix, car il n’y a plus de créneaux de décollage et d’atterrissage disponibles ». Selon des chiffres de Bank of America Merrill Lynch, Lufthansa détiendrait en effet une part de marché de 98% sur les liaisons intérieures et de 65% sur les vols européens au départ de l’Allemagne.

EasyJet pas encore fixé

De son côté, EasyJet n’a pas encore réussi à se fixer sur un accord avec Air Berlin, et les discussions sur la reprise de 27 à 30 avions du groupe se poursuivent. « Nous poursuivons les discussions avec EasyJet », a indiqué jeudi matin un porte-parole d'Air Berlin.

Si celles-ci devaient échouer, un autre repreneur pourrait revenir à la table des négociations.

 

Source

Le Monde – Avec Air Berlin, Lufthansa s’arroge le ciel allemand