Goldwasser Exchange

+32 (0)2 533 22 40
Du lundi au vendredi de 8h30 à 18h

Accès client

2017, année record pour les emprunts verts

Selon la plateforme « Climate Bonds Initiative », l'organisation qui les recense, les émissions de « green bonds » ont battu tous les records l’année passée, atteignant pas moins de 120 milliards de dollars, en hausse de 48% sur un an.

Si les Etats-Unis ont longtemps été le principal pourvoyeur d’obligations vertes, de nouveaux pays ont émergé en tant qu’acteurs majeurs l’année dernière. Ainsi, la Chine, via notamment la China Development Bank, a été le plus gros contributeur avec un total de 16,6 milliards de dollars émis.

Sous l’impulsion d’Engie et de la SNCF, deux acteurs majeurs de la finance verte, la France totalise, elle, 15 milliards tandis qu’avec 14 milliards, les États-Unis complètent un trio de tête suivi de l'Allemagne, des Pays-Bas et de la Suède.

Pour rappel, les obligations vertes sont des obligations tout ce qu’il y a de plus classique pour les investisseurs. La seule différence réside dans l’utilisation des sommes récoltées.

L’émetteur s’engage en effet à financer des projets ou des initiatives écologiques avec les fonds levés : financement de projets d’efficacité énergétique, de bâtiments écologiques, de voitures électriques, de projets contribuant à la transition écologique,…

De part ces émissions, les émetteurs bénéficient de trois avantages principaux:

  • lever des fonds directement sur les marchés des capitaux et obtenir dans certains cas, de meilleures conditions que celles offertes par les banques;
  • communiquer sur leurs stratégies environnementales et donner du relief à leurs engagements;
  • atteindre les investisseurs éthiques, soucieux de l’impact de leurs actions.

La Belgique attendue en 2018

Alors que le dernier trimestre a été le plus prolifique de 2017, la tendance est amenée à se poursuivre cette année, une année durant laquelle on devrait voir la Belgique émettre la première émission verte de son histoire.

Charles Michel, pour qui la lutte contre le réchauffement climatique exige « d'être innovant au point de vue technologique mais aussi au niveau des mécanismes financiers », a en effet annoncé il y a peu que la Belgique allait émettre au printemps 2018, sa première « obligation verte ».

Cette émission qui devrait atteindre une taille comprise entre trois et cinq milliards d’euros, sera destinée à financer plusieurs projets écologiques. Selon le Premier ministre, il s’agira de « projets concrets » pour l'environnement, en matière « d'infrastructures », ferroviaires par exemple avec le RER, « d'efficacité énergétique ou de recherche ».

Charles Michel précise également que les projets seront sélectionnés sur des critères très stricts sur le plan environnemental et de la durabilité, et qu’ « en matière de lutte contre le réchauffement climatique, les discours doivent faire place aux actes et la future émission par la Belgique d'une obligation verte est un "signal fort" à cet égard ».

Par cet emprunt, qui sera réservé aux investisseurs institutionnels (les banques, les compagnies d’assurances ou encore le fonds de pension par exemple), la Belgique deviendra le deuxième pays de la zone euro après la France, à émettre une « green bond ».

Quelques exemples d'obligations vertes sur le marché secondaire

Les investisseurs particuliers qui seraient intéressés par ce type d’obligations, trouveront déjà sur le marché obligataire quelques possibilités, dont notamment celle de la Banque Internationale pour la Reconstruction et le Développement 7,5% - 05/03/2020, libellée par coupure de 1.000 pesos mexicains et au rendement de 7,82%.

En dollar, on peut également citer la récente obligation Greenko Dutch, premier producteur indépendant d’énergies renouvelable en Inde, au coupon de 5,25% et échéant en 2024 ou encore l’emprunt EDF au coupon de 3,625% et d’une maturité égale au 13/10/2025.

En euro, citons Paprec Holding, du nom de ce groupe français spécialisé dans le recyclage de déchets industriels et ménagers. Il a émis il y a quelques années une obligation verte remboursable en 2022, assortie d’un coupon de 5,25%. Nécessitant une mise de fonds de 100.000 euros, elle se traite au-dessus des 103% du nominal.

Source

Cleantechnica.com, Green Bond Issuance Touches Highest-Ever $120 Billion In 2017