Goldwasser Exchange

+32 (0)2 533 22 40
Du lundi au vendredi de 8h30 à 18h

Accès client

Banquiers et gestionnaires de fonds se ruent sur le nouvel emprunt du Portugal

La République du Portugal a levé pour 4 milliards d’euros d’obligations à 10 ans ce mercredi 10 janvier, malgré les remous provoqués par la Banque du Japon sur le marché de la dette souveraine.

La nouvelle souche obligataire affiche une maturité précisément égale au 17 octobre 2028 et son coupon est de 2,125%. Elle a été émise à un prix de 99,89% du nominal, soit un rendement à l’émission de 2,137%, ou une prime de 114 points de base (1,14%) par rapport au taux midswap de maturité comparable.

L’intérêt marqué du marché a permis au Portugal de raboter sa prime d’émission de 6 points de base. Ouvert mercredi matin, le carnet d’ordres a été bouclé en moins de deux heures, sur une demande totalisant 18,85 milliards d’euros et répartie sur 320 intervenants de marché.

Elle émanait principalement des banques et des banques privées à hauteur de 38%, des gestionnaires de fonds pour 37% et des fonds d’assurance pension avec 17%. Les banques centrales ont compté pour 2%.

Sur le plan géographique, le Royaume-Uni est arrivé en tête avec 35%. Viennent ensuite la France, l’Italie et l’Espagne qui ont totalisé 30,4%. Les investisseurs basés au Portugal ont représenté 12%.

L’obligation est bien orientée dans les premiers échanges sur le marché secondaire, puisqu’elle se négocie à 100,50 du nominal, de quoi tabler sur un rendement de 2,07%.

Retour en catégorie « Investment grade »

La dynamique favorable de l’opération peut s’expliquer aussi par le relèvement du rating décidé par Fitch Ratings en décembre dernier. L’agence a remonté de deux crans la note souveraine portugaise, de « BB+ » (catégorie spéculative) à « BBB » (catégorie investment grade) assortie d’une perspective stable. Et en changeant de catégorie, Lisbonne a réintègré plusieurs grands indices obligataires, ce qui lui a permis de regagner une certaine visibilité auprès des investisseurs institutionnels (qui ne peuvent détenir de la dette « high yield »).

En septembre déjà, Standard & Poor’s avait elle aussi amélioré la note portugaise à « BBB- », le dernier cran du groupe des émetteurs les mieux notés.

Moody’s accorde encore un « Ba1 », la meilleure note dans la catégorie spéculative, mais elle est assortie d’une perspective positive.

Amélioration sur le plan économique et de la dette

Pour revenir à Fitch Ratings, l’agence a motivé sa décision par une dynamique favorable sur le plan de la dette, grâce aux mesures fiscales, à la reprise économique et à l’amélioration substantielle des conditions de financement (suite notamment au programme d’achats d’actifs de la BCE).

Le tourisme et les exportations ont soutenu l'économie l'année dernière, laquelle est attendue en hausse de 2,6% en 2017 et de 2,2% en 2018, selon des prévisions gouvernementales rapportées par Bloomberg. L’occasion pour les autorités de s’attaquer à la réduction du déficit et au problème de la dette.

Le pays, qui est sorti du plan d’aide internationale en 2014, trois ans après avoir bénéficié d’un programme de sauvetage de 78 milliards d’euros en échange de mesures d’austérité, affiche encore un endettement élevé, de l’ordre de 126,4% du PIB pour 2017. Mais il est prévu en baisse cette année, à 124,1%.

Source

Portugal Gains Fitch Investment Grade Rating as Debt Ratio Falls (Bloomberg.com)