Goldwasser Exchange

+32 (0)2 533 22 40
Du lundi au vendredi de 8h30 à 18h

Accès client

5 obligations fiscalement avantageuses pour l'épargnant belge

Alors que le précompte mobilier a fortement augmenté ces dernières années, l’épargnant belge dispose encore de pistes pour diminuer la charge fiscale qui pèse sur son portefeuille obligataire.

L’une d’elles consiste à investir dans des obligations cotant sous leur prix d’émission, permettant de la sorte de réaliser une part du rendement non soumise à l’impôt.

En effet, le rendement est pour rappel composé de deux parties distinctes, soumises à des régimes fiscaux différents : d’un côté, le coupon au taux de taxation de 30% et de l’autre, la plus ou moins-value entre le prix d’achat et le prix de remboursement, bien souvent exemptée d’impôt*.

Prenons pour exemple, deux obligations d’une même échéance et aux rendements bruts scrupuleusement identiques : 

  • Obligation A : coupon 4% - prix 90% - maturité 10 ans dont le rendement jusque à l'échéance est de 5,31% ;
  • Obligation B : coupon 6,50% - prix 109,05% - maturité 10 ans dont rendement jusque à l'échéance est de 5,31%.

En tenant compte du précompte mobilier appliqué, le rendement net de l’obligation A est de 4,25% soit un taux d’imposition effectif de 20%. L’obligation B quant à elle offre un rendement net de 3,77% et un taux d’imposition effectif de 29%

On constate donc que l’obligation A, présentant un coupon et un cours d'achat plus faibles, apparaît comme fiscalement plus attractive.

A noter que les fiches obligataires publiées sur Oblis mentionnent pour les résidents belges, le poids de l’impôt sur le rendement d’une obligation, au travers du champ TIE (taux d’imposition effectif). Plus ce taux est faible, plus l’emprunt est fiscalement attractif.

Pour plus d'informations, n'hésitez pas à en parler avec votre délégué commercial au 02/533.22.40 ou sur info@goldwasserexchange.be.

Quelques idées d’obligations qui se négocient actuellement sous leur prix d’émission

Dans cette idée d’optimisation du poids de l’impôt sur vos investissements, Oblis épingle ce jour cinq obligations répondant à ce critère.

Il est à noter que la baisse du cours d’un emprunt peut non seulement être la conséquence d’une hausse des taux d’intérêts depuis l’émission, mais également d’éventuelles mauvaises nouvelles portant sur l’émetteur, comme des résultats financiers inférieurs aux attentes, une baisse du rating attribué, un secteur en berne,… L’investisseur donc doit être conscient du risque de crédit inhérent à chaque placement obligataire.

Vallourec 2,25% 30/09/2024 EUR

L’obligation émise en 2014 par Vallourec, fabricant de tubes en acier sans soudures et de solutions tubulaires spécifiques destinées principalement aux marchés de l’énergie, s’échange actuellement à un cours de 85,06%, élevant le rendement à 4,98% compte tenu d’un coupon de 2,25%.

L’emprunt, noté « B » par Standard & Poor’s dans la catégorie spéculative, est disponible par coupures de 100.000 euros.

Vallourec a été confronté à de nombreuses difficultés ces dernières années, en réaction notamment à la baisse du cours du pétrole et à une demande moins prononcée pour ses produits. En sont ressortis des chiffres financiers en baisse, des pertes nettes sur plusieurs exercices consécutifs ainsi qu’une dégradation de sa notation par Standard & Poor’s.

Les signes positifs de reprise sur le marché américain depuis la fin de l’anné passée semblent cependant rassurer les investisseurs, en témoigne le cours de l'obligation précitée qui s'affiche en progression depuis plusieurs mois.

 

Teva Pharmaceutical Finance Netherlands II BV 1,875% 31/03/2027 EUR

Le groupe pharmaceutique spécialisée dans les médicaments génériques permet pour sa part de tabler sur un rendement de 3,99% grâce à son obligation Teva Pharmaceutical Finance Netherlands II BV1,875% - 2027 qui s’affiche à un cours de 84,21%.

Disponible par coupures de 100.000 euros, l’emprunt dispose du rating spéculatif « BB » chez S&P.

Il est à préviser que l'obligation payant son coupon annuel dans les prochains jours, l'investisseur pourra donc se positionner sur le titre en limitant au maximum les intérêts courus à débourser en cas d'achat.

L’entreprise israélienne connait également de nombreuses difficultés depuis environ deux ans (mauvais résultats financiers, baisse des ventes aux Etats-Unis, autorisation de commercialisation par des tiers d’une version générique de son médicament vedette,…), causant une perte de confiance des investisseurs et poussant de ce fait à la baisse, le prix des obligations existantes.

Malgré ces éléments, la dette à long terme de Teva reste proche de la catégorie investissement, celle-ci disposant du deuxième meilleur rating spéculatif chez Standard & Poor's (dernière mise à jour de celui-ci le 8 février dernier).

 

Mattel Inc 3,15% 15/03/2023 USD

Mattel, le producteur de la célèbre poupée Barbie, propose pour sa part un emprunt au coupon de 3,15% et d’une échéance fixée au 15/03/2023.

Compte tenu d’un cours indicatif de 89,85%, le rendement est porté en conséquence à 5,50%.

Jugée spéculative par Standard & Poor’s qui lui attribue un rating « BB- », l’obligation est disponible dès 2.000 dollars d’investissement.

Mattel, qui a récemment subi la perte des licences des princesses Disney et de la Reine des Neiges au profit de son concurrent Hasbro, doit compter avec un secteur en pleine mutation, sous la pression des ventes en ligne mais aussi marqué par un désintérêt pour les jouets classiques au profit des jouets électroniques.

Ce contexte ainsi que l’annonce de prévisions en baisse ont par ailleurs poussé les agences Moody’s et S&P à rétrograder leurs notes en décembre dernier.

Malgré tout, le groupe affiche toujours un chiffre d'affaires élevé, de l'ordre 4,88 milliards pour 2017 et une capitalisation boursière dépassant les 5 milliards de dollars.

 

Ensco PLC 5,2% 15/03/2025 USD

Ensco Plc, qui se présente comme un fournisseur mondial de services de forage offshore (en mer) pour l’industrie pétrolière, est présent sur le marché obligataire au détour notamment d’un emprunt échéant en 2025 et au coupon de 5,2%.

S’échangeant ce jour à un cours de 82,14%, le rendement s’élève dès lors à 8,65%.

L’obligation, libellée par coupures de 2.000 dollars, dispose du rating spéculatif chez Standard & Poor’s (« BB- »).

Par la nature même de ses activités et suite à la dégringolade des cours du pétrole, l’entreprise a souffert ces dernières années de la baisse des investissements des grands groupes pétroliers, causant notamment une diminution progressive de son chiffres d'affaires et des résultats nets négatifs depuis 2013.

Avec un prix du barril en hausse depuis plusieurs mois maintenant, les investisseurs semblent également plus confiants sur la société et reviennent à l'achat sur le titre comme le montre le graphique.

 

IBRD 8,25% 04/03/2022 TRY

La Banque Internationale pour la Reconstruction et le Développement, émetteur supranational dont la dette dispose du meilleur rating possible auprès des agences de notation, propose quant à elle un emprunt au coupon de 8,25% et d’une maturité fixée au 04/03/2022.

Vu le cours actuel de 86,76% du nominal, le rendement est porté en conséquence à 12,69%.

Dans le cadre de cette obligation, ce n’est évidemment pas l’émetteur qui est à l’orginie de la baisse de son cours. Celui-ci a été poussé vers le bas par la faiblesse de la livre turque, qui se traite non loin de ses plus bas historiques face à l’euro et au dollar, les investisseurs demandant donc plus de rendement pour détenir des emprunts dans cette devise.

 

Note

(*) Tant les primes d’émission que les primes de remboursement sont fiscalement considérées comme des intérêts et font, à ce titre, l’objet d’une taxation au taux de 30%. Pour rappel, une prime d’émission correspond à la différence entre la valeur nominale d’un titre et son prix d’émission (obligation dont le prix d’émission est de 95 et qui sera remboursée à 100). A l’inverse une prime de remboursement correspond à la différence entre la valeur nominale d’un titre et son prix de remboursement (obligation émise à 100 qui sera remboursée à 105). Les plus-values dégagées sur des obligations structurées feront aussi généralement l’objet d’une imposition au taux de 30%.