Goldwasser Exchange

+32 (0)2 533 22 40
Du lundi au vendredi de 8h30 à 18h

Accès client

Focus sur PVH Corp, propriétaire des marques Calvin Klein et Tommy Hilfiger

Tout semble réussir à PVH Corp qui publie ses derniers résultats annuels le 21 mars prochain. L'occasion pour Oblis de faire le point sur cette valeur.

Fondée en 1881, la compagnie est devenue une entreprise mondiale diversifiée de vêtements, dont le chiffre d’affaires a atteint 8,2 milliards de dollars en 2016, ce qui lui permet de se positionner parmi les acteurs de poids dans son secteur. Elle s’est construite au fil des années grâce à la combinaison d’acquisitions et du succès de ses produits distribués via plusieurs canaux, zones géographiques et prix.

PVH s’est également transformée, passant d’une structure principalement basée en Amérique du Nord à une organisation plus régionale avec des divisions significatives en Europe, dans la région Asie-Pacifique et l’Amérique latine, soit au total une quarantaine de pays.

Le portefeuille de la société se compose principalement de marques propres (Calvin Klein, Tommy Hilfiger, Van Heusen, Izod, Arrow, Warner, Olga et Eagle) et d’autres sous licence (Speedo, Geoffrey Beene, Kenneth Cole, Sean John, Michael Kors, Chaps…).

Toutefois, les labels Calvin Klein et Tommy Hilfiger assurent environ 80% du chiffre d’affaires et devraient continuer à assurer la croissance future des revenus et de la rentabilité, précise PVH.

Prévisions de résultats relevées

Le groupe dirigé par Emanuel Chirico, dont la capitalisation boursière atteint 11 milliards de dollars et dont l'action se rapproche de son plus haut historique, est plutôt optimiste pour l’évolution de ses affaires puisque la « surperformance réalisée au troisième trimestre », pour reprendre les termes du CEO, a incité PVH à relever ses prévisions de bénéfice pour l’ensemble de l’exercice 2017.

Entre-temps, l’optimisme est de rigueur chez les analystes répertoriés par l'agence Bloomberg. Après avoir déjà progressé de 57% sur les douze derniers mois, ceux-ci voient encore sur l'action du groupe, un beau potentiel de hausse, avec un cours estimé à 161,20 dollars d'ici un an, contre 144 dollars actuellement.

Dans cette optique, 14 d’entre eux considèrent qu'il faut acheter l'action, 3 pensent qu'il faut la garder et aucun n’est à vendre.

 

Un coupon de 3,125%

Au-delà du bilan opérationnel, les créanciers obligataires devraient sans doute s’attarder sur l’évolution du cash-flow et de l’endettement de l’entreprise lors de la publication des résultats annuels.

Ces trois dernières années, PVH est parvenu à améliorer nettement son free cash-flow (la trésorerie librement disponible), passé de 110 millions de dollars en 2013 à 643 millions en 2016 (les derniers chiffres annuels disponibles), tandis que la dette totale a baissé à 3,256 milliards fin 2016 contre 4 milliards trois ans avant.

En 2017, le groupe de vêtements a par ailleurs refinancé un emprunt (4,5% - 2022) par cette obligation rémunérée par un coupon de 3,125% et d’une maturité égale au 15 décembre 2027. Il y a moyen de l’acheter à 100,05% du nominal, correspondant à un rendement de 3,12%. La coupure est de 100.000 euros pour une taille à l’émission de 600 millions (100 millions de plus que visé à l’entame de l’opération). Le rating est « BB+ » chez Standard & Poor’s. A noter qu’il n’y pas de remboursement anticipé (call) prévu dans le cadre de cette émission.