Goldwasser Exchange

+32 (0)2 533 22 40
Du lundi au vendredi de 8h30 à 18h

Accès client

Net regain de tensions sur les titres Deutsche Bank

Deutsche Bank cumule les mauvaises nouvelles. Après l’annonce d’une perte annuelle aggravée il y a quelques jours, la première banque allemande a revu ce 21 mars à la baisse la valorisation de sa filiale de gestion d’actifs DWS et elle a averti sur ses résultats trimestriels. Les investisseurs n’ont pas apprécié.

S’exprimant devant un parterre d’investisseurs réunis à Londres, le directeur financier de la première banque allemande, James von Molkte, a averti que l’euro fort et les hausses de ses coûts de financement auraient un impact négatif de 450 millions d’euros sur les résultats de ses activités de banque de financement et d’investissement, l’un des piliers du groupe.

Quelques heures avant, l’institution financière avait annoncé qu’elle resserrait la fourchette indicative de prix pour l’introduction en Bourse de sa filiale de gestion d’actifs DWS, réduisant de facto le montant maximal total qu’elle pouvait tirer de l’opération. La nouvelle fourchette s’établit entre 32 et 33 euros contre 30 et 36 initialement, abaissant la valorisation maximale de la filiale à 6,6 milliards contre 7,2 milliards.

Ces annonces sont intervenues quelques jours après la publication de résultats annuels marqués par une perte de 735 millions d’euros, largement supérieure aux attentes, et des prévisions déjà prudentes liées à quelques déceptions au niveau des coûts : ils ne se réduisent pas aussi vite qu’espéré dans le cadre de la fusion avec Postbank tandis qu’ils augmentent par ailleurs du fait du Brexit.

Les investisseurs n’ont guère apprécié cette vague de mauvaises nouvelles. Et ils l’ont fait savoir, comme l’illustre la chute aussi brutale que soudaine de l’action Deutsche Bank durant la séance de ce 21 mars à la Bourse de Francfort. Elle a finalement clôturé en repli de 5,15% (à 12,01 euros) dans un marché stable. Le titre a perdu un tiers de sa valeur depuis le début de l’année.

 

Sur le marché obligataire, les emprunts Deutsche Bank ont eux aussi perdu des plumes. Ainsi l’obligation Deutsche Bank d’une maturité égale au 17 février 2025 assortie d’un coupon de 2,75% qui se négociait autour de 101 % du nominal peut désormais être achetée à 99,65 %. De quoi tabler sur un rendement de 2,81 % pour cette souche obligataire disponible par coupures de 1.000 euros et notée « BB+ » (« high yield ») chez Standard & Poor’s.