Goldwasser Exchange

+32 (0)2 533 22 40
Du lundi au vendredi de 8h30 à 18h

Accès client

Focus sur les sociétés holdings

Dans le cadre d’une bonne gestion d’un portefeuille obligataire, il est sain de diversifier ses positions, ce qui permet en principe de réduire le risque global, tout en maintenant un certain niveau de rendement. Cette diversification peut passer, éventuellement, par des obligations émises par des sociétés holdings.

Une société holding ou société à portefeuilles est une entreprise ayant pour vocation de regrouper les participations qu’elle détient dans différentes compagnies. En général, elle n’a pas d’activité opérationnelle propre. Ses revenus proviennent dès lors des dividendes versés par les entreprises dans lesquelles elle est présente.

Les sociétés holdings offrent l’avantage de la diversification à travers les nombreuses participations détenues. Mais ce n’est pas systématique, certaines structures se limitant à un nombre restreint de participations, voir une seule. Dans ce dernier cas, on parle de mono holding.

Rallye, Softbank, GBL…

La compagnie française Rallye est un exemple emblématique de société holding. Elle détient 51,1% du détaillant alimentaire Casino Guichard Perrachon, 100% du groupe Go Sport (articles et vêtements de sport) et 100% d’un portefeuille d’investissement diversifié dans le secteur financier et immobilier. La performance de Rallye est principalement influencée par l’évolution opérationnelle de Casino qui représente 98% du chiffre d’affaires. Les dirigeants de Rallye qualifient d’ailleurs Casino d’actif stratégique.

Sur le marché obligataire, Rallye est présent avec une obligation échéant le 2 avril 2021 au coupon de 4%. Il y a moyen de l’acheter à 97,81% du nominal (et avec un nombre limité d’intérêts courus), correspondant à un rendement de 4,1%.

Softbank Group est aussi une société holding « pure » (qui n’a donc aucune activité opérationnelle) mais elle est bien plus diversifiée que Rallye puisqu’elle revendique une participation dans 761 « filiales », notamment l’opérateur télécom japonais Softbank (99% du capital), l’opérateur télécom américain Sprint (83%), le portail internet Yahoo! (43%) ou le fabricant de puces Arm Holdings (100%), pour ne citer que ces exemples.

Softbank Group a construit son empire en s’endettant, les cash-flows de la filiale télécom Softbank permettant de rassurer les investisseurs quant à la capacité du japonais à respecter ses échéances. Mais récemment, le projet d’une possible introduction en Bourse de Softbank a refroidi certains investisseurs.

À titre d’exemple, l’obligation remboursable le 15 avril 2028 et assortie d’un coupon fixe de 5% est désormais disponible à l’achat à 98,4% du nominal, portant son rendement annuel à 5,21%. Les intérêts courus sont réduits au minimum.

Plus proche de chez nous, la société à portefeuille GBL, contrôlée notamment par le groupe Frère (Albert Frère), a placé l’année dernière un emprunt de 500 millions d’euros assorti d’un coupon de 1,375% et venant à échéance le 23 mai 2024. L’obligation se négocie aux alentours de 100,41% sur le marché secondaire. GBL détient des participations dans Adidas, LafargeHolcim, Ontex, Total, Umicore…