Goldwasser Exchange

+32 (0)2 533 22 40
Du lundi au vendredi de 8h30 à 18h

Accès client

Une nouvelle obligation par 1.000 euros pour Lanxess

Le groupe allemand de chimie de spécialité Lanxess AG a levé 500 millions d’euros sur le marché obligataire, à travers l’émission d’un emprunt libellé par coupures de 1.000 euros.

L’obligation, au statut de dette senior non garantie et notée « Baa3 » chez Moody’s, affiche une maturité égale au 16 mai 2025 et un coupon de 1,125%. Cette nouvelle souche obligataire a été pricée avec une décote relativement significative, à 98,658% du nominal.

Dans les premiers échanges sur le marché secondaire, il y a moyen de se procurer l’obligation à 98,18% du nominal, de quoi tabler sur un rendement de 1,4%.

Les fonds serviront à rembourser en priorité un emprunt rémunéré par un coupon de 4,125%, a confié l’entreprise.

L’opération réalisée sur le marché primaire est intervenue dans un contexte plutôt favorable pour le groupe allemand. Celui-ci a relevé il y a quelques jours ses prévisions annuelles après avoir signé les meilleurs résultats trimestriels de son histoire, dans la foulée d’une bonne année 2017.

Le premier trimestre de la société a été meilleur que prévu a résumé un analyste de la société de Bourse CFRA. Le broker, qui a une recommandation d’achat sur l’action, apprécie la transformation opérée par le groupe ces deux dernières années. Il a relevé de 5 euros son objectif de cours sur l’action pour le porter 77 euros, ce qui laisse un beau potentiel de progression, malgré les gains de ces dernières séances. Elle a clôturé mercredi à 67,70 euros, alors que le titre végétait encore à 61,50 le 3 mai au soir, veille de la publication des résultats trimestriels.

L’entreprise affiche une capitalisation boursière de 6,21 milliards d’euros.

Basée à Cologne, Lanxess est une entité issue en 2004 de la division « spécialités chimiques » et d’une partie des activités polymères de Bayer. Depuis 2016, la compagnie se focalise sur le marché des additifs pour lubrifiants et des produits retardateurs de flamme à travers l’acquisition de Chemtura. En parallèle, elle a placé son business de caoutchouc synthétique dans une filiale (Arlanxeo) détenue à parts égales avec Saudi Aramco.

Ses résultats financiers détaillés sont disponibles à la rubrique « Investisseurs » de son site internet.