Goldwasser Exchange

+32 (0)2 533 22 40
Du lundi au vendredi de 8h30 à 18h

Accès client

Un coupon de 4,2% pour la nouvelle obligation American Express échéant en 2025

La société spécialisée dans les cartes de paiement American Express a procédé, fin de semaine passée, au placement de trois nouvelles souches obligataires, une à taux variable échéant en 2021 et deux à taux fixe, aux coupons de 3,7% (maturité 2021) et de 4,2% (maturité 2025), pour un total de trois milliards de dollars.

Dans les détails, la dernière obligation citée, de type senior non sécurisé, affiche une taille de 750 millions de dollars, libellée par coupures de 2.000.

Emise à 99,778% du nominal, elle est orientée en légère hausse dans les premiers échanges sur le secondaire, à un cours indicatif de 100,07%, de quoi tabler sur un rendement de l’ordre de 4,19%.

Noté A3 par Moody’s et BBB+ par Standard & Poor’s, cet emprunt est jugé de bonne qualité par ces deux agences.

American Express relève sa prévision de bénéfice pour 2018

Cette émission intervient peu de temps après la publication de ses derniers résultats trimestriels, dont les hausses ont ravi les investisseurs.

Au troisième trimestre, l’émetteur de cartes de crédit a en effet dévoilé un chiffre d’affaires en hausse de 9%, à 10,44 milliards de dollars.

Le bénéfice net affiche pour sa part une progression significative de 25%, pour s’établir à 1,7 milliard de dollars ou 1,88 dollar par action, pas moins de 11 centimes au-dessous du consensus FactSet.

Au vu de ses bonnes performances, aidées par la baisse du taux d’imposition et la bonne santé de la consommation aux Etats-Unis, American Express a profité pour relever sa prévision de bénéfice pour l’ensemble de l’année 2018. Le groupe vise désormais une croissance de 9 à 10%, soit un bénéfice par action compris entre 7,30 et 7,40 dollars, contre une précédente fourchette de 6,9 à 7,3 dollars.

American Express soupçonné d’avoir gonflé ses taux de change

Mais tout n’est pas 100% rose pour American Express, la fin du mois d’octobre ayant été également marquée par la confirmation d’une enquête menée par les autorités américaines, soupçonnant l’entreprise d’avoir gonflé les taux de change appliqués à certaines entreprises clientes.

Une source proche du dossier a ainsi expliqué à l’AFP que les commerciaux exerçant dans le département paiements internationaux attiraient les PME en leur proposant des taux de change meilleurs que ceux appliqués par la concurrence, avant de les relever sans communication préalable.

Encouragée par la culture de la rémunération à la commission, cette pratique aurait débuté au moins en 2004 et visait à permettre à cette division d’atteindre ses objectifs en termes de hausse des revenus.

Tentant de minimiser la situation, American Express a indiqué à la SEC, le gendarme américain de la Bourse, que le département incriminé "compte pour moins de 1% de nos revenus totaux (...) et est distinct de l'activité des cartes bancaires », ajoutant également que cette affaire n’aurait "pas d'impact matériel ni sur nos opérations ni sur nos résultats".

Sources

Zonebourse - AMERICAN EXPRESS : est plus optimiste pour ses profits en 2018

Zonebourse - American Express confirme une enquête sur ses pratiques commerciales