Goldwasser Exchange

+32 (0)2 533 22 40
Du lundi au vendredi de 8h30 à 18h

Accès client

Profiter de la faiblesse du Yuan pour diversifier son épargne ?

Le yuan a enregistré en octobre un repli mensuel sans précédent face au dollar, fragilisé par le bras de fer commercial auquel se livrent toujours Washington et Pékin. Certains signaux envoyés par la Maison Blanche pourraient toutefois laisser espérer un apaisement dans la « trade war ».

La devise chinoise a clôturé le mois écoulé en territoire négatif face au billet vert, portant à plus de 6% son repli depuis le début d’année.

Manifestement, la devise continue d’être impactée par les tensions commerciales et les tarifs douaniers américains qui pèsent de tout leur poids sur une économie déjà en perte de vitesse.

Selon une statistique gouvernementale publiée dernièrement, la croissance de la deuxième puissance économique mondiale aurait ainsi reculé à 6,5% au troisième trimestre, contre respectivement 6,8 et 6,7% aux premier et second trimestres.

Pour mémoire, le département du Commerce américain a exercé une augmentation des tarifs douaniers de 25% sur quelque 250 milliards d’importations chinoises. Or, les exportations demeurent un moteur de l'économie et les droits de douane américains visant les voitures, machines ou électroménagers ont poussé des entreprises à délocaliser leur production voire geler leurs investissements en Chine.

Dans le cadre de cette guerre commerciale, certains y verraient par ailleurs une éventuelle guerre des devises, avec Pékin qui dévaluerait en sous-main sa monnaie.

Et pour cause, les exportations chinoises aux Etats-Unis (450 milliards de dollars) étant trois fois plus importantes que les exportations américaines en Chine, Pékin a relativement peu de levier à l'encontre de son partenaire, si ce n’est faire baisser sa devise pour renforcer l’attractivité de ses produits exportés.

Le Financial Time rappelait à ce titre que sur la période allant de 2005 à mi-2014, les autorités chinoises étaient systématiquement intervenues sur les marchés des changes pour affaiblir sa devise, ce qui avait donné lieu à des accusations selon lesquelles Pékin cherchait un avantage concurrentiel injuste pour ses entreprises exportatrices.

Vers un apaisement des relations ?

De l’avis de certains observateurs, malgré les menaces de nouvelles taxes douanières brandies par le Président américain, ce dernier souhaiterait réellement aboutir à un accord.

Lanhee Chen, chargé de recherche à la Hoover Institution, soulignait dernièrement sur CNBC que les tweets de Donald Trump, mettant en exergue de « longues et très bonne conversations » avec son homologue chinois Xi Jinping, devaient être interprétés comme l'un des nombreux signaux démontrant la volonté de la Maison Blanche de résoudre ses différents commerciaux.

Une analyse qui va dans le sens des déclarations du conseiller économique de la Maison Blanche Larry Kudlow mercredi dernier. Pour le conseiller, Donald Trump n’aurait pas « gravé dans le marbre » une décision sur les droits de douane supplémentaires que Washington pourrait imposer à la Chine.

Et pour le conseiller, de nombreux droits de douane imposés actuellement à la Chine pourraient même être retirés si une forme d'accord à l'amiable venait à être trouvée avec Pékin

Profiter de la faiblesse du Yuan ?

Pour l’investisseur qui souhaiterait profiter du repli de la devise chinoise et se positionner sur le yuan, nous avons épinglé une obligation remboursable dans trois ans du constructeur allemand Daimler (Mercedes), notée « A » chez Standard & Poor’s et affichant un rendement annuel de 4,20%.

Pour plus d’informations sur les possibilités d’investissement dans cette devise, n’hésitez pas à consulter votre délégué commercial chez Goldwasser Exchange.

On notera que face à la monnaie unique, le repli du yuan est cantonné à 1,50% cette année.