Goldwasser Exchange

+32 (0)2 533 22 40
Du lundi au vendredi de 8h30 à 18h

Accès client

L’obligation Lagardère 2024 en euro disponible à 96,70% du nominal

Retour sur l’unique obligation émise par Lagardère, la holding dirigée par le milliardaire français du même nom qui poursuit au pas de charge, le recentrage de ses activités sur l'édition et la distribution dans les aéroports et gares.

L’obligation en question, nécessitant une mise de fonds de 100.000 euros et remboursable dans moins de six ans, peut être achetée sur le marché secondaire à un cours nettement inférieur au pair, sous les 97% du nominal.

Partant, l’épargnant peut tabler sur un rendement annuel de 2,25% jusqu’à l’échéance.

Notons que cet emprunt de type senior non-sécurisé n’est pas suivi par les agences de rating, le groupe n’en n’ayant pas fait la demande.

Recentrage des activités

Depuis l’émission de cette obligation qui remonte à l’été 2017, les fondamentaux de la holding ont sensiblement évolué, Arnaud Lagardère souhaitant recentrer les activités de l’ancien conglomérat hérité de son père.

Le 8 mai dernier, à l’occasion de la présentation des résultats annuels (revenus de sept milliards d'euros), le dirigeant annonçait dans ce sens sa volonté de focaliser le groupe sur ses pôles « édition » et « distribution dans les lieux de transport ».

But de ce changement qualifié d’historique par Arnaud Lagardère, bâtir l’un des leaders mondiaux sur ces deux secteurs.

Avec son pôle publishing (édition), le groupe Lagardère est déjà le troisième éditeur de livres grand public et d'éducation à capitaux privés dans le monde, sous la marque Hachette Livre qui compte de nombreuses maisons d'édition.

Présent dans 34 pays sur cinq continents, Lagardère Travel Retail fait également partie des leaders mondiaux du secteur, avec des marques internationales telles que Relay ou Aelia Duty Free et de nombreuses enseignes de restauration ou de distribution sélective sous licence ou en propre.

Session des pôles sport et medias

Conséquence de ce virage à 180 degrés, les deux autres pôles (médias et sport) seront progressivement cédés et l’argent dégagé sera investi pour soutenir la réorganisation des activités.

Dans les médias, Lagardère ne conservera à terme que Paris Match, le Journal du Dimanche et la radio Europe 1.

Et si la holding a indiqué dernièrement que ses chaînes Gulli et Mezzo suscitaient beaucoup d'intérêt auprès des acquéreurs potentiels, elle a déjà cédé une série de titres de presse dont l'emblématique "Elle" à l'entrepreneur tchèque Daniel Kretinsky, nouvel actionnaire du journal Le Monde.

Dans le numérique, le site internet Doctissimo a lui été cédé à TF1 tandis que le lancement de négociations exclusives avec le groupe Les Echos-Le Parisien, en vue de lui céder Boursier.com, a été annoncé cette semaine.

Acquis par Lagardère il y a douze ans, Boursier.com, qui emploie une dizaine de journalistes et revendique plus de trois millions de visite par mois, sera rapproché de la publication Investir pour créer un pôle d'informations et de conseils boursiers.

Source

Reuters, Lagardère avance à marche forcée sur les cessions