Goldwasser Exchange

+32 (0)2 533 22 40
Du lundi au vendredi de 8h30 à 18h

Accès client

Carton plein pour la levée de dette en euro de l’État d’Israël

La satisfaction était de mise au cabinet du ministre des Finances israélien jeudi, à l’annonce des résultats d’une levée de dette de 2,5 milliards d’euros très bien accueillie par les intervenants de marché.

Les deux nouvelles souches obligataires, l’une à 10 ans, l’autre à 30 ans, respectivement rémunérées par des coupons de 1,5% et 2,5% et chacune d’une taille de 1,25 milliard d’euros, ont attiré une demande totale six fois supérieure aux 2,5 milliards collectés. Le carnet d’ordres a été constitué par un panel de 300 investisseurs (principalement des banques et des institutions financières), provenant d’une trentaine de pays, dont le Royaume-Uni, l’Allemagne et la France.

Fait remarquable à retenir de l’opération: il s’agissait pour Israël de son premier emprunt en euro d’une durée de 30 ans.

La précédente opération en euro d’Israël remonte à janvier 2017.

"Le succès de l’opération est l’expression de la confiance des institutions financières internationales dans l’économie israélienne. Elle est aussi une preuve supplémentaire de la reconnaissance de la manière responsable avec laquelle l’économie israélienne est gérée", s’est félicité le ministre des Finances Moshe Kahlon, selon des déclarations rapportées par plusieurs médias israéliens.

Même son de cloche du comptable général, Rony Hizkiyahu, qui a rappelé que la solidité de l’économie israélienne avait incité S&P à relever le rating du pays en août dernier à AA- (perspective stable). Fitch et Moody’s notent l’État israélien respectivement A+ (perspective stable) et A1 (perspective positive).

Dans les premiers échanges sur le marché secondaire, l’obligation d’une maturité égale au 16 janvier 2029 cote 99,34% du nominal, correspondant à un rendement de 1,57%. L'obligation à échéance 16 janvier 2049 s’échange aux alentours de 98,83%, soit un rendement de 2,56%.

Quelques mots sur l’économie israélienne

L’économie israélienne est réputée par le haut degré de développement de son secteur technologique et par un niveau de vie parmi les plus élevés de la région. Le pays appartient au groupe des vingt pays les plus développés au monde, selon le dernier classement "Human Development Index" (indice de développement humain) disponible, proche de pays comme le Luxembourg ou la France. L’État, qui dispose d’une sécurité sociale avancée et d’infrastructures modernes, rivalise dès lors avec plusieurs pays occidentaux en termes de niveaux de vie, même si les inégalités sociales restent fortes.

L’économie israélienne "affiche des performances remarquables sur les plans macroéconomiques et budgétaires", selon une étude de l’OCDE datée du 8 novembre. La croissance s’est établie en moyenne à 3,3% depuis 2000, note l’institution internationale, même si ce résultat s'explique pour moitié par la forte hausse de la population. Et l’OCDE de préciser qu’Israël affiche un excédent extérieur confortable et que son ratio de la dette publique au produit intérieur brut (PIB), déjà bien inférieur à la moyenne de l'OCDE, diminue encore".

Sources

Israel government bond sale raises record 2.5 billion EUR (Trend News Agency)

Israel raises low-interest 2.5b EUR bond in London (Globes)