Goldwasser Exchange

+32 (0)2 533 22 40
Du lundi au vendredi de 8h30 à 18h

Accès client

Actions à hauts dividendes : une alternative pour les investisseurs obligataires en Euro ?

 

Les émetteurs se pressent en ce début d'année pour solliciter les investisseurs obligataires. Mais nombreuses sont les obligations en euro émises par coupure de 100.000.

Les nouvelles émissions affluent dans différentes devises mais surtout en dollar US et en Euro. Pour qui veut investir en USD, les émissions proposent non seulement des rendements attrayants - il est en effet possible d'obtenir 3% dès 3 ans - mais aussi des petites coupures ( 1.000/2.000/10.000 dollars) ce qui permet une bonne diversification de ses investissements.  

En revanche en euro, la situation est quelque peu différente. On constate une remontée des rendements par rapport à l'an passé, mais ils restent, pour les obligations "Investment Grade", encore assez bas. De plus, les coupures des obligations émises en euro, que ce soient pour les obligations à haut rendement ou pour les obligations de bonne qualité, sont souvent de 100.000 euros.  

Quelles sont dans ce cas les alternatives aux investissements obligataires pour qui veut investir en euros et en petites coupures ?  

Pourquoi pas des actions à hauts dividendes ? 

De tout temps, recherchées par les investisseurs plus prudents, les actions à hauts dividendes ont plusieurs qualités. Elles sont en général moins volatiles que les autres grâce à l'effet "amortisseur" du dividende, qui atténue les fluctuations des cours.  

Longtemps classifiées comme "actions de bon père de famille", ces actions ont parfois même été considérées comme des quasi-obligations,en raison du paiement régulier d'un revenu, le dividende. Paiement régulier ou pas, elles restent des actions, mais certaines le profil de certaines d'entre-elles mérite une attention particulière.  

Le critère du dividende est-il le seul et unique critère à prendre en considération pour choisir une action ?  

Evidemment non, car un dividende n'est jamais garanti, comme l'est un coupon obligataire. L'entreprise garde en effet la discrétion totale quand à son paiement : elle peut donc décider de le réduire comme l'a annoncé récemment le brasseur AbInbev ou même de plus en octroyer du tout comme l'a fait l'opérateur Telenet entre 2013 et 2018. 

La hauteur du dividende n'est pas non plus un critère suffisant pour sélectionner une action. En effet, investir dans une société sur la seule base d'un dividende élevé peut s'avérer risqué. Une entreprise peut en effet décider de payer un dividende important pour se rendre attractive. le dividende est ainsi utilisé comme un moyen de séduire l'investisseur, une sorte de produit d'appel, un message envoyé par une société qui a besoin de se recapitaliser et qui veut coûte que coûte attirer des capitaux.

C'est la stabilité de la politique de paiement des dividendes qui doit retenir l'attention et constituer le bon critère de sélection. Stabilité du dividende en tant que tel et mais aussi stabilité du "pay-out ratio". Cette expression désigne le pourcentage des bénéfices que la société décide de distribuer à ses actionnaires. Deux facteurs cruciaux donc à prendre en considération.  

Une autre approche consiste à se tourner vers les secteurs traditionnellement les plus 'orientés' dividendes que d'autres : il s'agit surtout des actions financières, des actions des services aux collectivités (ou utilities), des opérateurs télécom voire des pétrolières. La liste n'est pas exhaustive. Attention toutefois à prendre lorsque l'on achète des actions à haut dividende, au traitement fiscal de celui-ci. Une double imposition est très souvent appliquée sur les dividendes des actions étrangères, réduisant par la même leur attractivité. 

Qu'en est-il de leur performance ?

Si l'on compare les actions de la zone EMU ( c'est-à-dire les pays membres de la zone Euro) aux actions de la zone EMU distribuant un dividende, on constate que lors des 5 dernières années, les actions à haut dividende ont mieux performé. A raison d'environ 3,50% par an. 

 

 

En ce qui concerne les actions belges, que nous privilégions pour éviter une double taxation du dividende réduisant son attractivité, nous avons épinglé 4 valeurs ci-dessous.

Leurs caractéristiques ?

- une politique de distribution stable

- une capitalisation boursière élevée, ce qui assure une bonne liquidité des transactions

- des recommandations d'analystes positives d'analystes  

 

Société

Cours au 15/01

                Capitalisation

Boursière 

Dividende attendu sur 12M

Rendement sur dividende attendu

Ageas 

39,84 €

     8,1 € milliards 

2,20 €

5,52 %

Cofinimmo

112 €

     2,7 € milliards 

5,50 €

4,90 %

KBC

58,84 €

    24,7 € milliards 

2 €

3,40 %

GBL 

79,42 €

    12,9 € milliards 

3,04 €

3,82 %

 

Un bon moyen de diversifier son portefeuille ? Bien sûr, les actions à hauts dividendes restent des actions, avec les risques qui y sont attachés. Mais les performances boursières générales de l'année écoulée font de ce moment un point d'entrée intéressant pour qui attache de l'importance aux revenus, en prenant un risque contrôlé. 

 

Promotion : Bénéficiez de frais de courtage réduits à 0,40% jusqu'au 21/01/2019 inclus à l'achat d'une ou de plusieurs des actions ci-dessus et ce, à partir de 10.000€ par transaction.

Téléphonez au 02/533.22.40