Goldwasser Exchange

+32 (0)2 533 22 40
Du lundi au vendredi de 8h30 à 18h

Accès client

Résultats mitigés pour la biotech Gilead. L'action baisse, les obligations imperturbables

La biotech américaine Gilead, producteur notamment du Truvada, un traitement préventif contre le sida, n’a pas vraiment brillé lors de la présentation de ses derniers résultats trimestriels.

Si les ventes du Truvada affichent une bonne santé, progressant à 4,1 milliards de dollars au quatrième trimestre contre 3,4 milliards pour la même période un an avant, les recettes générées par les médicaments contre l’hépatite C sont en net recul, à 738 millions de dollars contre 1,5 milliard un an avant. Le recul est principalement le fait de la baisse du prix moyen de vente et des volumes vendus des traitements Harvoni et Epclusa en raison d’une intensification de la concurrence, explique Gilead dans son communiqué.

Au quatrième trimestre, le chiffre d’affaires a diminué à 5,8 milliards de dollars contre 5,9 milliards un an plus tôt, mais il reste au-delà des attentes de Wall Street (5,5 milliards).

En bas de tableau, le bénéfice net ressort à 3 millions de dollars, en raison d’une importante provision pour des dépréciations d’actifs, comme l’abandon d’un programme de thérapie cellulaire du myélome, hérité de l’acquisition de Kite Pharma par Gilead en 2017.

En base ajustée, en excluant ces provisions, le bénéfice par action est de 1,44 dollar, légèrement inférieur au consensus de marché. 

Pour 2019, la biotech anticipe un chiffre d’affaires compris entre 21,3 et 21,8 milliards de dollars, globalement inférieurs aux 21,7 milliards réalisés cette année et 25,7 milliards en 2017. Ces prévisions tiennent compte des réductions supplémentaires sur les traitements du sida exigées par les organismes américains de remboursement ou encore de la concurrence sur les prix des génériques.

A Wall Street, l’action a perdu 3,4% à l’issue de la séance qui a suivi la publication de ces résultats.

Sur le marché obligataire, la stabilité est de mise. C'est le signe d'une confiance des investisseurs quant à la capacité de l’entreprise à faire face à sa dette. Gilead a généré un cash-flow opérationnel de 8,4 milliards de dollars l’année dernière. Il a aussi remboursé pour 6,3 milliards de dollars d’emprunts.

Son obligation remboursable en 2022, libellée par coupures de 2.000 dollars (risque de change) et d'un coupon de 3,25%, se traite sous le pair à 99,23% du nominal. De quoi tabler sur un rendement de 3,48%. L'emprunt est noté A, dans la catégorie Investment grade chez Standard & Poor's.

Sources

Les communiqués de Gilead

Gilead fourth-quarter profit misses Wall Street estimate, shares fall (Reuters.com)