Goldwasser Exchange

+32 (0)2 533 22 40
Du lundi au vendredi de 8h30 à 18h

Accès client

Thomas Cook : un plan de vol qui devra convaincre

Après une année 2018 éprouvante, marquée une demande faible, le Groupe Thomas Cook publie un résultat opérationnel en baisse au 1er trimestre de l'année (octobre 2018 - décembre 2018). Thomas Cook subit la pression de la concurrence par les prix, particulièrement présente dans le secteur aérien. 

Au premier trimestre de son exercice comptable 2018-2019, Thomas Cook a fait état d'un chiffre d'affaires quasi stable (+1%) à 1,656 milliard de livres (1,9 milliard d'euros) mais d'une aggravation de sa perte opérationnelle, à 60 millions de livres (68 millions d'euros) contre 46 millions de livres l'année précédente à période comparable.  

Après une année où la demande s'est montrée faible, notamment en raison de la vague de forte chaleur. Thomas Cook a évoqué une "forte demande pour les pays du sud habituellement très recherchés concernant la saison d'hiver en cours, mais fait état d'une concurrence accrue dans le secteur, exerçant une pression forte sur les prix. 

Pour l'ensemble de l'exercice, malgré "les incertitudes particulièrement au Royaume-Uni" avant le Brexit, le Groupe a maintenu toutefois sa prévision financière,  à savoir une hausse de son bénéfice opérationnel, mais il ne la quantifie pas. 

Réévaluation du modèle et stratégie dans le haut de gamme

Le groupe a expliqué dans son communiqué "avoir besoin de plus de flexibilité financière et de davantage de ressources pour accélérer sa stratégie" laquelle repose sur 3 axes : investir dans ses hôtels, accélérer son passage au numérique et rendre son fonctionnement plus efficace.

Pour ce faire, le modèle actuel est réévalué et le directeur général Peter Fankhauser, a souligné que la compagnie aérienne envisage de revendre une partie de sa flotte aérienne sans pour autant donner plus de précisions. 

Forte de 103 avions, sa compagnie aérienne a transporté 20 millions de passagers en 2018. Elle opère depuis l'Allemagne (sous la marque Condor), le Royaume-Uni et les pays scandinaves (marque Thomas Cook Airlines) vers 120 destinations, la plupart des lieux de villégiatures touristiques.

"Nous sommes au début de cette réévaluation qui va se pencher sur toutes les options pour dégager de la valeur pour nos actionnaires et intensifier notre priorité stratégique. Nous fournirons des informations sur ce processus au moment approprié", a expliqué le directeur général.

Le groupe se cherche une nouvelle stratégie dans le haut de gamme et, en trouvant des financements supplémentaires, il veut renforcer son offre d'hôtels de qualité supérieure y compris avec des établissements ouverts sous son propre nom.

Les investisseurs doutent

L'objectif est en tout cas de dégager des fonds pour mener cette stratégie à bien. Objectif difficile s'il en est : l'action a perdu près de trois-quarts de sa valeur depuis fin 2017 suite à deux avertissements sur résultats l'an passé. 

Quant aux détenteurs des obligations, ils expriment leurs doutes. Par exemple, le cours de l'obligation 2023, assortie par ailleurs d'un call en 2020, est en baisse sensible.