Goldwasser Exchange

+32 (0)2 533 22 40
Du lundi au vendredi de 8h30 à 18h

Accès client

Barclays relance l’idée d’un rapprochement entre Carrefour et Casino

Barclays a relancé mardi le scénario d’un rapprochement entre les deux distributeurs français Carrefour et Casino, en publiant une note de recherche sur la question.

Pour la banque britannique, la fusion entre les deux entités se justifie face aux difficultés financières rencontrées par Jean-Charles Naouri, l’actionnaire principal de Casino à travers une cascade de holding, dont la société Rallye.

Dans sa note, que les journalistes de Capital ont pu consulter, Barclays appuie son raisonnement sur les déclarations du PDG de Carrefour, Alexandre Bompard, lors de l’assemblée générale des actionnaires de juin, qui anticipe une consolidation du secteur ces prochaines années.

Comme Casino en septembre dernier, Barclays relève les obstacles, en France et au Brésil, en matière de concurrence et d’emplois. En France, le groupe détiendrait 30% du marché et au Brésil 50%. Les autorités de la concurrence pourraient donc exiger la cession ou la fermeture de certains magasins, explique la banque. Mais le régulateur devrait sans doute y voir un moindre mal, en vue de préserver le maximum d’emplois et de points de vente.

Il ne faut toutefois pas s’attendre à une prime substantielle de Carrefour à l’égard de Casino estime Barclays, étant donné le coût potentiel lié à d’éventuelles fermetures de magasins. De quoi expliquer la réaction limitée des créanciers obligataires à la note de Barclays ?

L'obligation au coupon de 1,865% et à échéance 2022, pour ne citer que celle-là, a en effet peu varié. Elle s’échange à 81,22% du nominal, correspondant à un rendement de 9,57%. Un signe de la grande prudence des investisseurs.

Sources

Casino devrait fusionner avec carrefour au vu des difficultés de Naouri, juge Barclays (Capital.fr)

Les communiqués de Casino