Goldwasser Exchange

+32 (0)2 533 22 40
Du lundi au vendredi de 8h30 à 18h

Accès client

Casino supprime le dividende et accélère son désendettement: réaction timide des investisseurs

Dividende supprimé et accélération du programme de désendettement… le communiqué des résultats semestriels du Casino comportait un chapitre spécifique destiné à rassurer les marchés et plus particulièrement ses créanciers.

Le distributeur français est étroitement surveillé par les investisseurs depuis que sa maison-mère, la société holding Rallye, étranglée par la dette, a été placée sous sauvegarde. Casino, dont les dividendes versés permettaient à Rallye d’honorer ses engagements financiers, n’a toutefois pas échappé aux foudres de S&P qui a dégradé la note du distributeur de BB- à B. L’agence mettait en avant le risque crédit pour Casino et ses créanciers, un risque de réputation et un risque de gouvernance (sous la forme de conflits d’intérêts potentiels, l’actionnaire principal et président de Rallye, Jean-Claude Naouri, étant aussi président et CEO de Casino).

Le Groupe Casino a semble-t-il compris le message, avec une mesure forte prise à l’encontre des actionnaires : la suppression du dividende intérimaire en 2019 (annoncé fin mai) et l’absence de tout dividende en 2020, afin de préserver ses liquidités et sa trésorerie. L’opération devrait lui permettre d’économiser des liquidités à hauteur d’environ 500 millions d’euros d’ici 2020, une bouffée d’oxygène pour l’entreprise dont l’essentiel de la génération de trésorerie remontait chez Rallye.

Casino souhaite également accélérer le remboursement de sa dette en France. Il s’est fixé une nouvelle cible  à atteindre: 1,5 milliard d’euros de dette financière nette à fin 2020 contre un objectif de 2,7 milliards annoncé lors des résultats 2018. Elle s’élevait à 2,9 milliards à fin juin. Les cessions d’actifs devraient aider le distributeur à atteindre ses objectifs. Le Groupe a rappelé qu'il avait déjà signé pour 2,1  milliards d’euros de cessions sur un programme total de 2,5 milliards d’ici la fin du premier trimestre 2020.

Les investisseurs ont réagi avec prudence. L’action a perdu 1% à la Bourse de Paris et les emprunts Casino ont peu varié. L’obligation Casino Guichard Perrachon SA (1,865% - 13/06/2022) est ainsi restée confinée aux alentours de 82% du nominal, l’équivalent d’un rendement de 9,25%. L’explication ? Elle réside peut-être dans « le manque d’informations détaillées sur les flux de trésorerie », comme l’a constaté un analyste de Jefferies, cité par l’agence Reuters. « Nous attendons davantage d'informations avant de pouvoir émettre notre jugement sur des progrès apparemment solides en matière de réduction de la dette nette», a-t-il ajouté.

Sur le plan opérationnel, Casino a rapporté une croissance organique de 3,5% de son chiffre d’affaires au niveau du Groupe à 17,8 milliards d’euros au premier semestre. Le résultat opérationnel courant a progressé de 12,9% à 347 millions d’euros. Les charges liées au plan de cession ont toutefois pesé sur les comptes du premier semestre qui se soldent par une perte nette de 16 millions contre un bénéfice de 46 millions un an plus tôt.

Sources

Les communiqués de Casino

Retailer Casino cancels dividend as it pursues debt-cutting plans (Reuters.com)