Goldwasser Exchange

+32 (0)2 533 22 40
Du lundi au vendredi de 8h30 à 18h

Accès client

Tir groupé des émetteurs brésiliens JBS et Marfrig sur le marché primaire

Pas de pause estivale pour les entreprises brésiliennes JBS et Marfrig, toutes les deux actives dans le secteur du traitement de la viande, puisqu’elles ont sollicité à quelques jours d’intervalles le marché primaire obligataire libellé en dollar. Leurs rendements correspondent à leur statut d'émetteur high yield. 

JBS tout d’abord, la principale multinationale brésilienne de l'industrie agroalimentaire, qui représente environ un quart du marché mondial du bœuf, a collecté 2 milliards de dollars à travers, notamment, un emprunt émis par sa filiale américaine, JBS USA. L’opération a récolté un franc succès, a souligné l’entreprise dans un communiqué, puisque la demande totale combinée sur les deux souches obligataires a été quatre fois supérieure à l’offre.

Concrètement, JBS SA, la maison-mère, a emprunté via sa filiale à 100% JBS Investment II GmbH 750 millions à maturité 2028 avec un coupon de 5,75%. JBS USA, l’entité américaine du groupe a émis 1,25 milliard à un taux de 5,5%, augmentant de 250 millions la taille initiale visée.

Ces deux emprunts sont disponibles sur le marché secondaire. Pour ne retenir qu’elle, l’obligation JBS USA  5,50% 15/01/2030 peut être achetée à 100,51% du nominal, correspondant à un rendement de 5,44%. Libellée par coupures de 2.000, elle bénéficie d’un rating spéculatif BB- chez Standard & Poor’s.

Boeuf, porc, volaille...

JBS USA se définit comme un important transformateur de bœuf et de porc aux États-Unis et un important transformateur de bœuf au Canada. L’entreprise est également actionnaire à hauteur de 80% de Pilgrim's Pride Corporation, la deuxième plus grande entreprise de volaille aux États-Unis. JBS USA représente la branche nord-américaine de JBS SA, le premier transformateur de protéines animales au monde, avec 240.000 collaborateurs, plus de 300 sites de production et des clients dans 150 pays. JBS SA est lié également de manière stratégique avec JBS Australia, premier transformateur de boeuf et d'agneau et l'un des plus importants éleveurs de bétail en Australie.

Le groupe JBS, qui a réalisé l’année dernière un chiffre d’affaires de 181,68 milliards de réaux brésiliens (+/- 42,3 milliards d’euros) rivalise avec Marfrig, une autre société brésilienne productrice de bœuf de premier plan, pesant un chiffre d’affaires de 41,4 milliards de réaux brésiliens (+/- 9,64 milliards d’euros). Avec 34 unités de transformation et huit centres de distribution répartis entre le Brésil, l’Argentine, l’Uruguay, le Chili et les États-Unis, c'est aussi l'un des leaders mondiaux de la production de hamburgers, avec une capacité de traitement de 232 000 tonnes par an. Il commercialise ses produits dans près de 100 pays. Reflet de son rayonnement international : 85% de son chiffre d’affaires est réalisé dans une devise autre que le réal brésilien.

Sur le plan obligataire, Marfrig a bouclé un emprunt de 500 millions de dollars d’une durée de 10 ans, rémunéré par un coupon de 6,625%, via sa filiale indirecte NBM US Holdings Inc et qui affiche un rendement de 6,75%. Il s’agit de l’obligation « la meilleure marché et d’une maturité la plus longue jamais émise par l’entreprise », selon un communiqué du groupe. Et celui-ci de préciser qu’il s’agit aussi du premier emprunt obligataire durable placé par un émetteur brésilien.

Les fonds récoltés sur le marché international seront ainsi investis dans l'approvisionnement des bovins du biome amazonien (*), plus précisément des états brésiliens de Mato Grosso, Para et Rondonia. Marfrig s'efforcera de faire en sorte que les éleveurs de bovins de la région répondent aux exigences et aux critères établis dans son protocole d'approvisionnement durable.
 

---
(*) Le biome amazonien rassemble l’ensemble des écosystèmes présents dans le bassin amazonien, principalement la forêt amazonienne, la plus grande forêt tropicale au monde.