Goldwasser Exchange

+32 (0)2 533 22 40
Du lundi au vendredi de 8h30 à 18h

Accès client

The Walt Disney Company déçoit Wall Street mais les créanciers relativisent

Mauvaise séance pour The Walt Disney Company à Wall Street. L'un des plus grands groupes de divertissement au monde a annoncé une baisse plus marquée que prévu de son bénéfice trimestriel par action, entraînant une baisse de 5% de l'action mercredi à Wall Street.

L’action conserve toutefois encore un gain de 23% depuis le début de l'année, non loin de son record de clôture de plus de 146 dollars inscrits à la fin du mois de juillet, portant la capitalisation boursière à 243 milliards de dollars, 

Malgré le succès de ses blockbusters (Avengers, ‘Toy Story 4’…), la compagnie américaine n’a donc pas réussi à publier des chiffres au moins égaux aux attentes des analystes. Ainsi le géant américain du divertissement a rapporté pour son troisième trimestre de son exercice fiscal un bénéfice net par action hors éléments exceptionnels de 1,35 dollar, contre 1,87 sur la même période il y a un an, inférieur aux attentes de 1,72 dollar du consensus Factset et de 1,75 dollar du panel Bloomberg.

C’est la déception également au niveau du chiffre d’affaires qui, malgré une progression de 33% en glissement annuel à 20,25 milliards dollars, atterrit à un niveau inférieur aux 21,45 milliards espérés par le marché.

L’explication réside dans les investissements consentis par la firme, notamment dans son service de streaming vidéo Disney+, futur rival de Netflix. Les coûts liés à l’intégration des actifs de la 21st Century Fox ont également pesé, a déclaré Robert Iger, le président et CEO de The Walt Disney Company.

Le marché est déçu par les résultats, a expliqué Richard Trip Miller, fondateur de Gullane Capital Partners, à l’agence Bloomberg. Il s’agit d’un trimestre de transition pour Disney, marqué par l’intégration des actifs de Fox et par les dépenses en capital pour investir dans les produits destinés au grand public, a-t-il ajouté.

A l’opposé des actionnaires, les créanciers obligataires ont préféré visiblement retenir les perspectives de revenus futurs puisqu’ils sont restés zen face aux chiffres publiés, comme l’illustre l’évolution du prix des obligations The Walt Disney Company. Pour ne citer qu’elle, l’obligation à échéance 1er décembre 2022 et d’un coupon de 2,35% s’échange à 101% du nominal, non loin de ses plus hauts de l’année. Son rendement atteint 2%. Libellé par coupure de 2.000 dollars, l’emprunt est noté ‘A’ chez Standard & Poor’s, dans la catégorie « Investment grade ».

Sources

Walt Disney déçoit au troisième trimestre (Zonebourse.com)

Les communiqués de The Walt Disney Company