Goldwasser Exchange

+32 (0)2 533 22 40
Du lundi au vendredi de 8h30 à 18h

Accès client

Perpétuelle Softbank 6,875% : les créanciers rassurés par les trimestriels

Actif principalement dans le secteur des télécoms et du numérique, Softbank Group Corp a pratiquement triplé son bénéfice net au deuxième trimestre (équivalent à 9,4 milliards d'euros), de quoi faire progresser ses obligations perpétuelles sur le secondaire.

Cette hausse trimestrielle des bénéfices, la plus importante signée par une entreprise japonaise cotée depuis 2004 selon le Japan Times, découle pour bonne part du produit de la vente d’actions Alibaba.

Durant la période, le groupe dirigé par le milliardaire Masayoshi Son, fondateur et patron de SoftBank Group, a ainsi ramené de 32,2 à 26% ses parts dans le géant de l'e-commerce chinois.

Outre cette rentrée de cash non-récurrente (+/- 7,1 milliards d’euros), le « SoftBank Vision Fund », plus grand fonds d'investissement à vocation technologique au monde, a lui aussi contribué pour bonne part aux bénéfices.

Géré et financé conjointement avec l’Arabie Saoudite, ce véhicule mis sur pieds il y a deux ans a vu son bénéfice d'exploitation atteindre 3,34 milliards d'euros.

Il signe au passage une hausse de 65%, à mettre notamment au crédit de Slack, le service de messagerie américain pour entreprises qui a fait dernièrement son entrée en bourse à New York.

A l’occasion de la publication de ses résultats, la société japonaise en a profité pour lever un coin du voile sur ce fonds. On apprend qu'il a investi près de 80 entreprises et start-ups technologiques « à fort potentiel de croissance », pour un montant total de 60 milliards de dollars.

Côté revenus, le chiffre d'affaires de Softbank Group a progressé de 2,8% pour atteindre l’équivalent de 20 milliards d’euros.

Le management a tenu à souligner le bon comportement des filiales mobiles SoftBank au Japon et Sprint aux Etats-Unis, ainsi que ceux de Arm, du nom de cette société britannique spécialisée dans le développement de processeurs d'architecture.

On rappellera qu’initialement actif dans le secteur des télécoms, Softbank s’est mué au fil des années en un véritable fonds d'investissement, prenant part au capital de multiples sociétés.

'Nous ne sommes plus une société ayant diverses activités, mais une société qui détient des parts dans d'autres. SoftBank Group gère des actifs', a rappelé dans ce sens Masayoshi Son.

Lancement du Vision Fund 2

La vente des actions Alibaba contribuera d’ailleurs à financer le lancement du « Vision Fund 2 », un second fonds d’investissement massif que SoftBank Group souhaite mettre sur pied et doter de quelque 108 milliards de dollars.

Pour alimenter ce fonds, le conglomérat se serait adressé auprès de grands noms de la technologie comme Foxconn, Apple et Microsoft. Parmi les autres investisseurs potentiels, figureraient le fonds souverain du Kazakhstan ainsi que des acteurs de taille de la finance nippone.

SoftBank ratisserait donc plus large cette fois. L’objectif serait de ne plus dépendre d’un seul investisseur à ses côtés, comme c’est le cas pour le Softbank Vision Fund avec pratiquement pour seul co-partenaire l'Arabie Saoudite, dont l'image a été ternie par la mort du journaliste Jamal Kashoggi.

Le quotidien Les Echos souligne à ce titre que le fonds souverain d'Arabie Saoudite ne se serait pas encore formellement engagé. Il se dirait prêt à réinvestir mais à un plus faible montant.

La perpétuelle 6,875% se rapproche du pair

Suite à la publication de ces résultats, les investisseurs passaient à l’achat sur les obligations Softbank Group Corp, et singulièrement sur la perpétuelle au coupon de 6,875%.

Elle se traite désormais à un cours proche des 98% du nominal, pour un rendement supérieur à 7%.

Une rémunération particulièrement généreuse qui s’explique par des facteurs comme le niveau du rating (B+, catégorie spéculative) ou encore par l’aspect subordonné de cette obligation.

Pour mémoire, en cas de faillite de l’émetteur, les détenteurs de ce genre de titres passent après les porteurs d’obligations seniors, tout en se situant juste avant les actionnaires.

La coupure de négociation est de 200.000 dollars en nominal.