Goldwasser Exchange

+32 (0)2 533 22 40
Du lundi au vendredi de 8h30 à 18h

Accès client

Une nouvelle obligation par 1.000 dollars pour Anthem

La liste des émetteurs suivis par Oblis s’enrichit chaque jour. Epinglons aujourd’hui l’assureur santé américain Anthem, anciennement Wellpoint, à l’occasion du placement par celui-ci, il y a quelques jours, d’un emprunt qui présente l’avantage d’être libellé par coupures de 1.000 dollars.

L’obligation de l'une des plus grandes sociétés américaines de soins de santé aux États-Unis (par le nombre d’adhérents) est dès lors accessible au plus grand nombre, sous réserve toujours d’une analyse objective des risques liés à cet emprunt. Précisons ainsi que la société Standard & Poor’s lui attribue le rating A. 

Dans les premiers échanges sur le marché secondaire, l’obligation fraîchement émise reste proche de son prix d’émission et encore sous le pair puisque les derniers prix disponibles tournent autour de 99,73% du nominal, correspondant à un rendement de 2,43% sur base d’une maturité égale au 15 janvier 2025 et d’un coupon de 2,375%.

En parallèle, l’entreprise d’assurance maladie qui sert 78 millions de personnes a également placé de la dette à maturité 2029 et 2049, portant le montant total collecté à 2,5 milliards de dollars. Cette somme sera affectée aux objectifs généraux de l’entreprise comme, par exemple, le remboursement de dettes existantes, le financement de fusions acquisitions ou des rachats d’actions.

Anthem est en effet coté à la Bourse de New York où elle affiche une capitalisation boursière tournant autour des 63 milliards de dollars. L’action est plutôt mal orientée depuis le début de l’été et plus particulièrement la fin du mois de juillet, lorsque l’assureur a fait état d’une hausse de son ‘medical loss ratio’, un indicateur mesurant le rapport entre les coûts des sinistres et les primes encaissées. Lorsque celui-ci est orienté en hausse, cela signifie que les coûts (les sorties de fonds) augmentent plus vite que les primes (les entrées de fonds). Logiquement, les investisseurs suivent cet indicateur de très près.

Dans le cas d’Anthem, il s’est dégradé à 86,7% au deuxième trimestre, contre 83,4% un an plus tôt et 85,7% attendu par les analystes. Le groupe basé dans l’Indiana a avancé deux raisons : d’une part, l’augmentation de la taxe sur les assurances santé et, d’autre part, un remboursement insuffisant des États dans le cadre du programme Medicaid (le programme d’assurance maladie pour les personnes à faible revenu géré conjointement par les États et le gouvernement fédéral).

Sources

Les communiqués d’Anthem

Health Insurers Sink as Rising Spending Gauge Alarms Investors (Bloomberg.com)