Goldwasser Exchange

+32 (0)2 533 22 40
Du lundi au vendredi de 8h30 à 18h

Accès client

Tapestry rebondit en bourse, quid de son obligation 4,125%

Tapestry, la holding qui abrite les marques de mode Coach, Kate Spade et Stuart Weitzman, enchaîne les séances haussières à Wall Street, l’occasion de faire le point sur son obligation remboursable dans huit ans.

Plusieurs séances de hausse consécutives à la bourse de New-York ont permis à  la maison de mode Tapestry de voir son repasser le seuil des 25 dollars et de combler ses pertes engendrées par la déception des résultats trimestriels publiés fin août dernier.

Fondée en 1941, on rappellera que la firme new-yorkaise tire la majorité de ses revenus (plus de 70%) des ventes de Coach, sa marque de luxe spécialisée dans la maroquinerie.

Tapestry se prénommait d’ailleurs Coach jusqu’il y a peu, la direction ayant décidé de changer de nom pour mieux représenter l’ensemble de ses marques et les laisser s’exprimer.

Un changement qui prenait tout son sens à la suite à l’acquisition pour 2,4 milliards de dollars de Kate Spade (sacs à main), une enseigne vectrice de croissance, pesant un cinquième du chiffre d’affaires et censée lui permettre de tirer profit de l'engouement des jeunes adultes.

Mais deux après son rachat, force est de constater que Kate Spade n'atteint pas les objectifs escomptés, le redressement des opérations demandant plus de temps que prévu, note la direction.

Au second trimestre, Kate Spade a vu ses ventes à magasins comparables reculer de 6%, soit nettement moins bien qu’anticipé par le consensus, tandis que la marque a vu ses stocks s'accumuler, en raison de nombreux invendus l'an dernier.

Le tassement de la demande pour les magasins Kate Spade a pesé sur la performance globale du groupe, qui voit son chiffre d’affaires atteindre au second trimestre 1,51 milliard de dollars, contre 1,48 milliard signé un an plus tôt et 1,53 milliard attendu par la communauté des analystes.

Le bénéfice net de la maison de mode qui chapeaute également la marque de chaussures Stuart Weitzman (connu pour ses fameuses cuissardes), atteint quant à lui 148,9 millions de dollars.

En terme de prévisions, la direction table sur une croissance des revenus allant de 1 à 4% pour l’exercice en cours, ainsi que sur un bénéfice par action stable.

Un rendement à l’échéance proche de 3,80%

Valorisée à plus de sept milliards de dollars à la bourse de New York, Tapestry est présent sur le secondaire avec une obligation à maturité 2027 assortie d’un coupon fixe de 4,125%.

Sur base d’un cours actuel et indicatif aux alentours de 102% du nominal (104% début septembre), le rendement à l’échéance atteint 3,78%.

Notons que Standard & Poor’s attribue un rating « BBB- » à cette émission senior non-sécurisée, le dernier cran donc de la catégorie des placements jugés de bonne qualité par l’agence de notation.