Goldwasser Exchange

+32 (0)2 533 22 40
Du lundi au vendredi de 8h30 à 18h

Accès client

La nouvelle obligation Wind Hellas, pour investisseurs avertis

L’opérateur télécom (fixe et mobile) grec Wind Hellas, propriété des fonds d’investissement Golden Tree AM et Cyrus, annonce dans un communiqué disponible sur son site internet le placement d’un emprunt d’une durée de cinq ans.

D’une taille de 525 millions d’euros, cette nouvelle souche obligataire libellée par coupures de 100.000 sert un coupon de 4,25% pour une échéance précisément fixée au 15 octobre 2024. Émise au pair, il y a déjà moyen de l’acheter sur le marché secondaire à 99,55% du nominal, soit un rendement de 4,35%. Une rémunération élevée mais en ligne avec un risque important puisque l’emprunt est noté B, dans le bas de la catégorie spéculative.

Il est intéressant aussi de souligner que l’emprunt est logé au sein de Crystal Almond S.à.r.l, une structure financière située entre les actionnaires et Wind Hellas, l’un des trois opérateurs majeurs de services télécoms intégrés en Grèce avec Cosmote et Vodafone.

Wind Hellas, la filiale opérationnelle sur laquelle repose donc le remboursement de l’emprunt, offre majoritairement des services de téléphonie fixe et mobile, l’accès à l’internet rapide et des services de vidéos, sous une seule marque commerciale, à environ 4,1 millions de clients (au 30 juin 2019) en Grèce. Sur les douze derniers mois arrêtés à fin juin, le groupe qui emploie 910 personnes a réalisé un chiffre d’affaires de 522 millions d’euros et un résultat brut d’exploitation de 136 millions, soit une marge de 26,1%, selon des données de la société de recherche crédit Spread Research.

Ses analystes soulignent que l’opérateur télécom a amélioré de manière significative sa position sur le marché, le niveau de satisfaction de sa clientèle ou encore la qualité de son réseau. Ils l’estiment désormais bien positionné pour bénéficier de l’amélioration macroéconomique en Grèce et du développement des services télécoms qui devraient se rapprocher des standards d’Europe de l’Ouest. Côté négatif, ils déplorent la relative petite taille du groupe, un chiffre d’affaires exclusivement réalisé en Grèce (une économie encore faiblarde et volatile caractérisée par un taux de chômage élevé et un PIB faible par habitant) et la consommation de trésorerie.

Il est intéressant de noter la destination des fonds récoltés. Dans son prospectus d’émission, Wind Hellas avance les objectifs suivants : rembourser par anticipation l’emprunt 2021 et financer les objectifs généraux de l’entreprise, laquelle précise qu’il peut s’agir de dépenses en capital (une acquisition par exemple) ou encore, potentiellement, d’une « distribution aux actionnaires ». Le groupe télécom qui dispose de l’ordre de 210 millions d’euros en cash (une fois déduit le rachat de l’emprunt 2021 et les frais de l’émission obligataire) pourrait donc décider de verser un (généreux ?) dividende à ses actionnaires.