Goldwasser Exchange

+32 (0)2 533 22 40
Du lundi au vendredi de 8h30 à 18h

Accès client

Un coupon de 3,125% pour la nouvelle obligation OCI en euro

Fabricant mondial de fertilisants et de produits chimiques à base de gaz naturel, OCI vient de mettre à contribution les obligataires via une émission multi-devises. Nous vous en dévoilons les détails.

D’origine égyptienne mais basée aux Pays-Bas, OCI (anciennement Orascom Construction Industries) compte parmi les plus gros producteurs d’engrais à base d’azote et de gaz naturels destinés aux secteurs agricoles et industriels.

Celui qui est aussi le cinquième producteur mondial de méthanol, avec des activités qui s’étendent du continent américain au continent asiatique, vient donc de solliciter le marché de la dette.

Il proposait deux obligations remboursables dans cinq ans, rémunérées par un coupon de 3,125% pour la tranche en euro et de 5,125% pour la tranche en dollar. Les coupures sont fixées respectivement à 100.000 euros et à 200.000 dollars.

En ce qui concerne le niveau de rémunération offert, il reflète l’appartenance du groupe chimique à la catégorie spéculative chez Moody’s. On notera à ce titre que l’agence vient de confirmer le rating « Ba3 » assigné à la dette senior non-sécurisée d’OCI.

Une note qui reflète selon Moody’s, un portefeuille de produits diversifié, avec des capacités de production bien réparties aux États-Unis, en Europe et dans la région Afrique du Nord/Moyen-Orient, avec des emplacements stratégiques bénéficiant d'un approvisionnement à faible coût en gaz naturel.

Fertiglobe

La joint-venture mise sur pied avec la compagnie pétrolière nationale d'Abu Dhabi a toutefois contraint l’agence à abaisser de « stable » à « négative » la perspective associée au rating.

Cet été, les deux sociétés ont annoncé la fusion de leurs activités dans la région Afrique du Nord/Moyen-Orient.

Baptisé Fertiglobe, le fruit de ce rapprochement sera détenu à 58% par OCI et à hauteur de 42% par la société émiratie. Selon Moody’s, ce rapprochement amène le niveau d’endettement de l’entreprise à 5x l’Ebitda, en raison d'un flux de trésorerie disponible qui sera inférieur aux attentes.

Cette fusion des activités (revenus annuels pro forma de 1,74 milliard de dollars) confère à la joint-venture un statut de leader régional du secteur avec une capacité de production de cinq millions de tonnes d'urée et de 1,5 million de tonnes d'ammoniac, note le communiqué des protagonistes.

Si dans un premier temps Moody’s estime que ce rapprochement affaiblira les ratios de crédit d’OCI, elle anticipe malgré tout de meilleurs flux de trésorerie une fois les premiers avantages de la joint-venture Fertiglobe concrétisés. 

A savoir, une empreinte de production plus diversifiée dans la région, et dans une certaine mesure, la réalisation de synergies commerciales.

Pour l'année à venir, Moody’s s'attend également à ce que la rentabilité et la génération de flux de trésorerie d’OCI bénéficient de volumes de vente plus élevés, dans un environnement de prix légèrement plus favorable, et ce pour l'ensemble de son portefeuille de produits.

Cela permettrait à la société de réduire son levier d'endettement à environ 4x l'Ebitda et d'améliorer son cash-flow, note encore Moody’s.