Goldwasser Exchange

+32 (0)2 533 22 40
Du lundi au vendredi de 8h30 à 18h

Accès client

Western Digital : l’action souffre, léger repli de l’obligation 4,75% en dollar

En marge de ses trimestriels, Western Digital a chuté de 14% jeudi dernier à la bourse de New York, les investisseurs digérant avec difficultés des prévisions inférieures aux attentes. Sur le secondaire, la stabilité est davantage de mise à l’égard de cet émetteur à haut rendement.

Le géant américain des disques durs, également actif dans les systèmes de cloud et autre stockage en ligne, a fait part d’un recul de 20% de ses revenus au troisième trimestre à 4,04 milliards de dollars.

La baisse est encore plus conséquente pour le bénéfice d'exploitation, qui ressort à 235 millions de dollars, comparativement à un gain de 1,09 milliard à pareille époque l’an dernier.

Le groupe a certes signé une amélioration sur le segment de ventes de ses mémoire « flash », ce système de stockage largement utilisés dans les smartphones et ordinateurs portables, qui a fait les beaux jours de la société californienne.

En août dernier, Western Digital expliquait qu’après avoir subi un fort ralentissement, ce marché avait atteint son creux et soulignait que les conditions s'amélioraient. Selon les analystes de Wedbush Securities, ‘le rythme d'amélioration ressort bien en-dessous de ce qui avait été anticipé’.

En outre, le fabricant de solutions de stockage a fait part de prévisions de bénéfices inférieures aux attentes, tandis qu’on apprenait mercredi soir le départ à la retraite de son CEO Steve Milligan.

Sous sa houlette, Western Digital aura bouclé d'importants dossiers. On pense au rachat de SanDisk, qui a permis à la société de franchir un cap supplémentaire, devenant l’un des leaders dans le domaine des solutions complètes de stockage de données, avec une présence à l’échelle mondiale.

Steve Milligan restera en place jusqu'à ce qu'un successeur soit trouvé, a annoncé la société.

4,36% de rendement en dollar

Valorisé à 15,9 milliards de dollars à la bourse de New York, soit un peu plus que son principal rival et compatriote Seagate, Western Digital est présent sur le marché obligataire avec un emprunt qu’il s’engage à rembourser dans sept ans.

Accessible par coupures de 2.000 dollars, l’obligation en question peut être achetée à un cours avoisinant les 102% du nominal, pour un rendement à l’échéance de près de 4,36%.

Cette émission de type spéculative à laquelle l’agence de notation Standard & Poor’s accorde un rating « BB+ », se situe juste sous la catégorie des investissements de bonne qualité.   

A noter que la taille d’émission, supérieure à deux milliards de dollars, permet d’assurer une liquidité suffisante sur le marché secondaire.