Goldwasser Exchange

+32 (0)2 533 22 40
Du lundi au vendredi de 8h30 à 18h

Accès client

Emprunt obligataire inaugural pour le conglomérat grec Mytilineos

Direction Athènes au travers de cette première obligation émise par la société grecque Mytilineos Holdings, un conglomérat ayant des activités dans la métallurgie, l’électricité, le gaz, l’ingénierie, la construction et les infrastructures.

D’une entreprise familiale fondée en 1908, le groupe est devenu aujourd’hui l’une des premières compagnies industrielles de Grèce. Il revendique également une présence à l’international puisqu’il est actif en Europe, au Moyen-Orient et en Afrique du Nord, avec des activités dans 29 pays et plus de 2.700 personnes employées (en Grèce et à l’étranger).

Le groupe a réalisé l’année dernière un chiffre d’affaires de 1,53 milliard d’euros. Plus de 50% de celui-ci provient des activités à l’international, selon une présentation réalisée en septembre à destination des investisseurs.

Coté à la Bourse d’Athènes depuis 1995, la capitalisation boursière du conglomérat tourne autour de 1,4 milliard d’euros. L’essentiel du capital (73,5%) est négociable en bourse, le solde (26,5%) étant aux mains de la famille Mytilineos. Parmi les autres principaux actionnaires, les investisseurs institutionnels étrangers représentent une part significative avec 38,3% des actions détenues. Viennent ensuite les institutionnels Grecs (9,4%) et les investisseurs particuliers (25,8%).

Logiquement, Evangelos Mytilineos, le CEO, s’est félicité de l’opération bouclée sur le marché obligataire. Le succès de notre emprunt inaugural sur les marchés internationaux est une étape importante pour notre compagnie, a-t-il déclaré.

D’une taille de 500 millions d’euros, l’emprunt affiche une durée de 5 ans (échéance 1er décembre 2024) et sert un coupon de 2,5%. Émise par Mytlilineos Financial Partners, une structure du groupe, l’obligation est disponible sur le marché secondaire à 100,5% du nominal (proche de son prix d'émission de 100%), correspondant à un rendement de 2,39%.

Précisons que l’opération intervient dans un contexte plutôt favorable pour l’instant pour les émetteurs grecs. La Grèce, l’ancien maillon faible de la zone euro, s’est notamment financée à des taux historiquement faibles en octobre.