Goldwasser Exchange

+32 (0)2 533 22 40
Du lundi au vendredi de 8h30 à 18h

Accès client

L'obligation Atalian 5,125% 15/05/2025 poursuit sa progression

Désormais disponible à 79,5% du nominal contre 63% à la mi-novembre, l'obligation La Financière Atalian SA au coupon de 5,125% et d'une maturité égale au 15 mai 2025 poursuit sa marche en avant sur le marché secondaire.

Depuis notre dernier focus sur la valeur fin novembre, l'emprunt a en effet encore gagné quelques points toujours porté, semble-t-il, par des résultats plutôt bien accueillis, par le marché, mais aussi par les analystes de Spread Research. Ces derniers ont notamment épinglé le ton rassurant et constructif de la direction quant à la stratégie de redressement d'Atalian. "Nous estimons que la direction maîtrise bien son programme de réduction de coûts et de synergies dégagées sur les achats tandis que la croissance organique a nettement augmenté en France et au Royaume-Uni au cours des deux derniers trimestres", ont-ils souligné dans la foulée de la publication des résultats. La société d'analyse financière a confirmé son scénario d'une amélioration des ratios de crédit d'Atalian Servest.

Désormais appelé Atalian Servest, en raison de l'acquisition du britannique Servest Limited en 2018, le champion français des services externalisés aux entreprises (accueil, gestion des espaces verts, maintenance, multitechnique, propreté, sécurité...) se positionne désormais parmi les plus importantes entreprises de son secteur au niveau mondial.

Le groupe dont le conseil d'administration est dirigé par Frank Julien, le petit-fils du fondateur de l'entreprise familiale, réalise un chiffre d'affaires annuel de l'ordre de 3 milliards d'euros (2,7 milliards en 2018) grâce à ses 125.000 salariés, sa présence dans 32 pays répartis sur 4 continents (Europe, Amérique du Nord, Asie du Sud-est et Afrique) et ses 32.000 clients dans les secteurs privé et public (bureaux, usines, espaces publics, lieux de vente, hôpitaux...).

Si Atalian Servest peut se targuer d'un chiffre d'affaires multiplié par 5 en près de dix ans, c'est aussi grâce à la politique d'acquisitions menée au pas de charge par l'entreprise, au prix d'une hausse de son endettement.