Goldwasser Exchange

+32 (0)2 533 22 40
Du lundi au vendredi de 8h30 à 18h

Accès client

Argent à l’étranger : stop ou encore ?

Les belges sont encore très nombreux à détenir une partie de leur patrimoine financier à l’étranger. Dans une certaine mesure, cette situation est un héritage du passé car elle remonte à l’époque, maintenant révolue, où il suffisait de placer son argent à l’étranger pour échapper à l’impôt. 

Même si la grande majorité des personnes ayant placé leur argent à l’étranger ont aujourd’hui régularisé leur situation vis-à-vis du fisc, nombreux sont ceux qui n’ont pas encore fait le pas de rapatrier leur argent en Belgique. Détenir son patrimoine financier en Belgique présente pourtant de très nombreux avantages.

1) Tourner la page du compte à l’étranger

Rapatrier son argent en Belgique n’est pas toujours chose aisée. Pour ce faire, il faudra fournir toute une série de renseignements et de documents à l’établissement financier belge auprès duquel le transfert sera effectué. Même si cette procédure peut paraître fastidieuse, cela vaut probablement mieux que de rester coincé à vie avec un compte à l’étranger. Même dans un environnement ultra globalisé, cela n’a pas beaucoup de sens d'avoir tout ou partie de son patrimoine dans un pays avec lequel on entretien aucun lien. Si ce type de contrainte a pu se justifier un temps, tel n’est certainement plus le cas aujourd’hui. Le rapatriement est donc une démarche qui permet de normaliser la situation patrimoniale en replaçant les avoirs financiers à l’endroit où ils auraient toujours été placés s’ils n’avaient pas été attirés à l’étranger.  

2) Rendre la situation plus facile pour les enfants

Comme expliqué ci-dessus, le processus de rapatriement peut parfois s’avérer fastidieux.  Toutefois on peut constater qu’en pratique, les informations et documents requis sont retrouvés assez facilement. Cela s’explique par le fait que les personnes qui ont effectivement placé les fonds à l’étranger sont encore en vie et en mesure de pouvoir répondre aux questions concernant l’origine et le cheminement des fonds. Ces mêmes personnes sont bien souvent aussi à l’origine des démarches administratives entreprises en vue de régulariser la situation fiscale. Elles seront donc en mesure de donner à l’établissement financier toutes les informations nécessaires à ce sujet. 

La récolte des renseignements et documents requis dans le cadre du processus de rapatriement pourrait s’avérer bien plus compliquée si la ou les personnes ayant placé les fonds à l’étranger ne sont plus présentes pour répondre aux questions. Il appartiendra alors aux enfants de faire les recherches et de rassembler les documents requis afin de pouvoir transférer l’argent en Belgique.  Pour éviter ce genre de difficultés aux enfants, mieux vaut faire les démarches de rapatriement de son vivant.

3)  La simplicité administrative

Lorsqu’une personne détient ses avoirs financiers auprès d’un établissement belge, tous les impôts dûs sont directement prélevés à la source. Grâce à cette retenue à la source, aucune démarche complémentaire ne devra être effectuée dans le cadre de la déclaration fiscale. Par opposition, lorsque les avoirs financiers sont détenus sur un compte à l’étranger, l’impôt belge ne sera pas retenu à la source. Il appartiendra alors à la personne en question de déclarer correctement ses revenus mobiliers dans sa déclaration fiscale. Cet exercice peut parfois s’avérer très compliqué et être la source de nombreuses erreurs. 

4) La discrétion 

De manière assez surprenante, l’on peut observer que de nos jours les comptes belges offrent beaucoup plus de discrétion que les comptes à l’étranger. En effet si vous détenez un compte à l’étranger, le fisc belge reçoit chaque année toute une série d’informations sur le compte en question. Parmi les informations que le fisc belge reçoit concernant vos comptes à l’étranger, on retrouve notamment le solde du compte, le montant des intérêts et dividendes perçus ainsi que le montant des ventes réalisées sur le portefeuille. Pour ce qui concerne les comptes belges, le nombre d’informations que le fisc belge reçoit est en principe beaucoup plus limité.

5) Conclusion

Bien que les personnes qui disposent de compte à l’étranger ont bien souvent une tendance à l’immobilisme, il est important de savoir remettre de temps à autres les choses en perspective. Etudier l’option d’un rapatriement ne sera en tout état de cause jamais une démarche inutile. 

Pour de plus amples renseignements à ce sujet n’hésitez pas à contacter Goldwasser Exchange.