Goldwasser Exchange

+32 (0)2 533 22 40
Du lundi au vendredi de 8h30 à 18h

Accès client

Le moment de revenir sur l’action Apple ?

Dans la foulée de la division de son cours par quatre, l'action de la marque à la pomme avait atteint un plus haut historique de 137,98 dollars début septembre, contre 110 dollars hier soir en clôture des marchés. De quoi considérer un achat à bon compte sur la valeur ? 

On pensait que le dicton boursier voulant que les arbres ne montent pas au ciel épargnait Apple. Surfant sur un engouement pour sa branche de services dématérialisés (Apple Store), la capitalisation de la firme de Cupertino avait atteint un sommet de 2,1 trillons de dollars le 2 septembre dernier, gagnant au passage plus de 70% depuis son point bas d’avril. 

Mais sur fond d’une saine correction des valeurs technologiques, qui sont montées trop vite, trop fort, l’action a perdu près d’un quart de sa valeur en l’espace de deux semaines. Pour Apple, cette prise de bénéfices a été amplifiée par Goldman Sachs qui, dans une note adressée à ses clients, a conseillé de vendre l’action, avec un objectif de 80 dollars l’action. 

Jugeant “déconnectée” les prévisions bénéficiaires de la société avec celle de son évolution boursière, la banque d'affaires américaine souligne que les activités autres que la vente de téléphones ne permettront pas à Apple de redevenir l'entreprise de croissance qu’elle était encore il y a quelques années, au plus fort de la suprématie iPhone. 

Pour revoir son opinion, Goldman Sachs veut voir Apple battre à nouveau et de manière systématique, les attentes des analystes, comme le font ses pairs méga-capitalisées que sont Microsoft et Amazon

Keynote du 15 septembre: un goût de trop peu 

Très attendue mais pas à la hauteur du battage médiatique, la Keynote de mardi dernier n’a pas été en mesure de soutenir un rebond boursier. A cette occasion, le géant dirigé par Tim Cook a présenté des nouveaux modèles d’Apple Watch et d’iPad ainsi qu’un nouvel abonnement Apple One, dont certains en attendaient davantage. 

Apple One (15 dollars par mois), combine notamment les abonnements des différentes plateformes de streaming de la marque (Apple Music, Apple TV...). Or, de l’avis des suiveurs, il aurait été beaucoup plus attrayant de lier directement le forfait avec l'iPhone ou un autre hardware de la marque.   

Chez Berstein (objectif de cours de 100 dollars), on estime qu'il pourrait être difficile pour Apple de déloger les utilisateurs des services de musique, de vidéo ou de jeux des plateformes concurrentes. "Nous continuons de penser qu'Apple devrait chercher à regrouper de manière plus créative ses appareils et ses services dans des offres d'abonnement intégrées". 

Que pensent les autres analystes ?

Sur base d’un cours actuel de 110 dollars et d’un objectif médian de 119,78 dollars, le consensus des analystes laisse entrevoir un potentiel de hausse de 9% à un horizon de douze mois (*). Un objectif qui se situe par ailleurs à 19% du plus haut historique de l’action le 2 septembre dernier (137,98 dollars).   

Indépendamment de l'avis des analystes, l’histoire nous a montré qu’avec Apple, un changement de tendance à la hausse peut être brutal. Parmi les catalyseurs qui pourraient soutenir le titre, le nouvel iPhone (12) équipé de la 5G et d'autres produits censés être dévoilés en octobre et commercialisés le mois suivant.  

Du côté des inconditionnels de longue date de la société, on notera que l’analyste Gene Munster (maison de recherche Loup Ventures) considère Apple comme la pierre angulaire des futures transformations technologiques et table sur un cours de 140 dollars l’action.  

Estimant que les meilleurs jours de la marque à la pomme sont devant elle, Munster souligne que les appareils, les programmes et les services d'Apple (que ses concurrents ne peuvent égaler selon lui) sont la base de la nouvelle transformation numérique, une transformation qui a connu une accélération sans précédent en marge de la crise sanitaire.  

"Apple a l'opportunité de capitaliser sur un cycle de croissance de plusieurs années avec la mise à niveau de la 5G, avec l’Apple Watch et ses fonctionnalités liées à la santé, avec la technologie de réalité augmentée (Apple Glass) ou encore, avec l'intelligence artificielle présente dans ses programmes". 

Source

Bloomberg