Goldwasser Exchange

+32 (0)2 533 22 40
Du lundi au vendredi de 8h30 à 18h

Accès client

Les devises émergentes au plus bas

Plus que jamais, les devises émergentes sont sous pression sur le marché des changes, se traitant pour la plupart à des niveaux de faiblesse jamais atteints. Il faut dire que la crise sanitaire est venue renforcer une tendance de fonds déjà négative depuis quelques années. 

Livre turque: un rendement annuel de 14%

Faisant face ces dernières années à de multiples vents contraires (conflit avec Washington, interventionnisme présidentiel dans la politique monétaire, fuite des liquidités...) la livre turque va plus que probablement boucler une nouvelle fois l’année sur une note teintée de rouge vif face aux devises fortes (-28% face à l’euro jusqu’à présent).

Frappé comme toutes les économies par la pandémie (singulièrement sur le volet touristique), le PIB turc devrait selon l’OCDE se contracter de 2,9% cette année et de 3,9% l’année prochaine. Impuissante, avec comme belle-mère le Président Recep Tayyip Erdogan, on voit mal se faisant comment la Banque centrale du pays pourrait rassurer les marchés et interrompre la fragilité persistante de sa devise.  

Si le risque d'investir en livre turque existe donc toujours bien malgré la décote en vigueur, les rendements affichés par les obligations libellées en livre turque méritent toutefois d’y prêter attention.

Pour l’investisseur qui souhaiterait diversifier son épargne dans cette devise (de même que dans les autres émergentes), il est pour mémoire conseillé de se tourner vers des émetteurs solides et normalement sans risque de crédit, afin de réduire les risques à l’évolution de la devise d’émission.

A ce titre, nous avons épinglé l’obligation remboursable dans deux ans par la Banque Mondiale qui, sur base d’un cours de 95% du nominal, permet de tabler sur un rendement annuel de près de 14%. Un niveau de rendement qui peut être considéré par certains comme offrant un "coussin" suffisant en cas de nouvelle dépréciation de la devise. (S’il entend conserver l’obligation en portefeuille jusqu’à maturité, le rendement brut atteindrait donc 28%). A chacun bien sûr de faire sa propre opinion sur le sujet…

Peso Mexicain: un rendement annuel de 4,40%

Se traitant lui aussi non loin de ses plus bas historiques, le peso mexicain, devise de la seconde économie d’Amérique Latine, affiche une évolution similaire à celle de la monnaie turque, sur fonds d’un cours divisé de moitié en l’espace de cinq ans.

Devise pétrolière par excellence, le MXN a notamment reflué ces derniers mois dans le sillage du plongeon du baril, les investisseurs redoutant l'impact de la faiblesse des cours sur les déficits publics du onzième producteur mondial, de surcroît lourdement endetté.

En outre, l'économie mexicaine a été affectée durant le confinement par la chute de l'activité de son premier partenaire commercial que sont les Etats-Unis.

Rappelons que le Mexique connait de longue date une faible croissance économique, tirée certes par les exportations mais minée par la faiblesse de la demande intérieure. Selon le FMI (Fonds Monétaire International), la croissance du PIB devrait chuter de 9% cette année.

Pour le Mexique, le salut viendra peut-être de son grand voisin du Nord, attendu comme la locomotive mondiale de la croissance l’année prochaine. L’accord d’un plan de relance massif (toujours en attente du côté de Washington) devrait en effet avoir des retombées immédiates sur l’économie mexicaine, notent les plus optimistes.

Pour l'épargnant souhaitant investir un peu de peso mexicain, nous avons épinglé l’obligation remboursable en 2023 par la Banque européenne d’investissement. Sur base d’un cours actuel de 102,30% du nominal, elle permet de tabler sur un rendement à l’échéance de 4,38%.

Roupie indonésienne: un rendement annuel de 5,27%

Que ce soit en glissement annuel ou sur cinq ans, la roupie indonésienne affiche pour sa part un repli de l’ordre de 10% face à l’euro, faisant de cette devise l’une des plus solides sur le segment émergent. 

Il faut dire qu’avec ses 270 millions d’habitants, dont la moitié a moins de 30 ans, l’Indonésie compte parmi les toutes grandes puissances actuelles mais aussi en devenir.  

Sur fonds d’un taux de croissance moyen de plus de 5% ces vingt dernières années, l'Indonésie devrait ainsi se classer au 6ème rang des économies les plus puissantes du monde. 

Dans le cadre d’un investissement en roupie indonésienne (qui ne sont pas légion) nous avons épinglé l’obligation remboursable dans deux ans par la Banque européenne pour la reconstruction et le développement.  

Assortie d’un coupon de 6,45%, il faut compter sur un cours avoisinant les 102% du nominal pour se positionner sur cette émission notée AAA.  

Bon à savoir : Le paiement des coupons et le remboursement du titre se font en euro.