Goldwasser Exchange

+32 (0)2 533 22 40
Du lundi au vendredi de 8h30 à 18h

Accès client

Voici les 5 actions du CAC 40 les plus appréciées des analystes

Oblis passe en revue les actions de l’indice CAC 40 affichant la plus belle marge de progression à douze mois sur base du consensus des analystes (*).

1. Unibail-Rodamco-Westfield : un potentiel de 49%

Parmi les valeurs composant l’indice vedette de la Bourse de Paris, Unibail-Rodamco-Westfield (URW) affiche le potentiel de hausse le plus élevé. La communauté des analystes table en effet sur un cours de 53,27 euros à un horizon de douze mois, de quoi laisser entrevoir une plus-value potentielle d’un peu plus de 49% pour le champion européen de l’immobilier commercial. (cours actuel de 35,64)

Au cours actuel, l’action offre une importante décote au regard de l’actif net réévalué de reconstitution de la société foncière, ou encore la valeur à débourser pour avoir le même patrimoine. Cet indicateur permet d’évaluer la surcote ou la décote avec laquelle se traite une société immobilière. Dans le cas d’Unibail-Rodamco-Westfield, cette valeur ressort à 197 euros par titre, selon la foncière, ce qui donne une décote de l’ordre de 82% par action.

Le groupe est engagé dans une procédure de renforcement de son bilan, pour faire face aux incertitudes de la crise sanitaire. Il a réalisé à la mi-septembre une augmentation de capital de 3,5 milliards d’euros, dans le cadre d’un plan plus large de refinancement de 9 milliards, incluant des cessions d’actifs. Il a ainsi annoncé mardi la vente d’un immeuble pour 0,62 milliard d’euros.

2. Axa : un potentiel de 43%

Autre valeur en vue chez les analystes : l’assureur Axa. Le consensus envoie ainsi la valeur à près de 23 euros (22,81 euros pour être précis) contre 15,96 euros à la clôture ce mardi 13 octobre.

Axa est surtout dans l’actualité dans le cadre des procédures entamées par plusieurs centaines d’assurés. Ceux-ci réclament des compensations pour les pertes d’exploitation accumulées durant la période de fermeture de leurs établissements. Jusqu'ici, Axa a gagné plus d'affaires qu'elle n'en a perdues.

3. Crédit Agricole : un potentiel 43%

Avec un potentiel de plus de 43%, (cours actuel de 7,42 euros et objectif de cours à douze mois de 10,62 euros), le Crédit Agricole est bien positionné. Toutes recommandations confondues, les analystes estiment donc que l’action affiche une belle marge de progression (ou de rebond).

Crédit Agricole qui ressent l’impact des taux bas et les conséquences de la conjoncture économique a pu faire face sans trop de dommage au confinement. L'institution financière a su affronter la crise sanitaire en affichant au second trimestre un bénéfice net en baisse mais proche du milliard d'euros, ainsi qu'en montrant sa résistance au scandale Wirecard.

Le groupe pourrait même être un acteur de la consolidation bancaire en Europe. Après les rumeurs évoquant un rapprochement entre UBS et le Credit Suisse, ou celles évoquant une acquisition de la Deutsche Bank hors de ses frontières, le Crédit Agricole est en effet cité. La banque mutualiste serait en effet à la recherche de cibles potentielles en Italie…

4. Total : un potentiel de 42%

L’action du groupe pétrolier Total récolte également les faveurs des analystes, sur base d’un objectif de cours de 41,35 euros contre 29,21 euros actuellement.

Outre un potentiel de hausse à deux chiffres, les analystes sont majoritairement positifs sur la valeur et recommandent d’acheter l’action. La volonté du groupe pétrolier français de réduire son exposition aux énergies fossiles et de se transformer en un "groupe multi-énergies" plaît visiblement. Le groupe a par ailleurs indiqué lors de la "Journée Investisseurs", fin septembre, que son dividende était soutenable avec un baril de pétrole à 40 dollars le baril (42 dollars en clôture européenne ce mardi 13 octobre pour le Brent).

On notera qu’au titre de l’exercice 2019, le coupon s'était élevé à 2,68 euros par action. Sur base du cours actuel et d’un dividende inchangé pour 2020, le rendement attendu du dividende est de 9%, un niveau très attractif dans l’environnement de taux d’intérêt historiquement faible.

5. Orange : un potentiel de 41%

Orange, l’un des principaux opérateurs de télécommunication dans le monde, avec un chiffre d’affaires de 42 milliards d’euros en 2019, peut lui aussi compter sur la bienveillance des analystes. Ensemble, ils tablent sur une plus belle-value pour le titre avec un objectif de cours de 13,75 euros à 12 mois, soit un gain potentiel de 41% sur base du cours actuel de 9,72 euros.

De son côté, le PDG d'Orange, Stéphane Richard, a acheté 20.000 actions de son entreprise le 25 septembre 2020 au prix unitaire de 8,93 euros, selon la déclaration déposée auprès de l'Autorité des marchés financiers en France (AMF). L’opération qui représente un montant global de de 178.600 euros peut être interprétée comme un signe de confiance du PDG dans son entreprise et dans ses perspectives de croissance.

Attention, pour les résidents belges, le double précompte est d'application sur les dividendes versés.

Si l'une de ces actions vous intéresse, n'hésitez pas à nous communiquer vos ordres d'achat au +32 (0) 2 533 22 40 ou via info@goldwasserexchange.be

 

Note et source

Cours de clôture du mardi 13 octobre 2020

(*) Bloomberg