Goldwasser Exchange

+32 (0)2 533 22 40
Du lundi au vendredi de 8h30 à 18h

Accès client

Novacyt, cette action qui a bondi de 18.000% en un an

Coté à la bourse de Paris et de Londres, Novacyt, ce spécialiste mondial du diagnostic clinique, a bondi de… 7.071% depuis le 1er janvier. Rapportée en glissement annuel, la performance dépasse les 18.000%. Focus sur cette valeur encore en perdition il y a un an.

On pensait que la palme de l’envolée boursière 2020 revenait à Tesla (+400%), qui a d’ailleurs une nouvelle fois séduit en faisant part mercredi soir de résultats supérieurs aux attentes. Il n’en est rien.

Alors que la probabilité d’avoir un vaccin contre le COVID-19 à plus ou moins brève échéance semble s’éloigner (les laboratoires américains Johnson & Johnson et Eli Lilly ont suspendu leurs essais expérimentaux, tandis qu’un participant aux essais cliniques d'AstraZeneca est décédé il y a quelques jours), certaines medtechs (Medical Technology) tirent leur épingle du jeu en marge de la pandémie.

Ainsi, si vous aviez eu la bonne idée d’acheter pour 1.000 euros de l'action Novacyt il y a douze mois, votre position vaudrait aujourd’hui...188.370 euros, sur base d’un cours de 12,12 euros à la clôture jeudi soir.

Pas mal donc pour cette action encore reléguée au rang de penny stock (0,06 euro) il y a peu et qui avait signé autant d’années de perte depuis son introduction en bourse en 2012.

Pionnier européen des tests COVID-19

Novacyt est un spécialiste franco-britannique du diagnostic, fournissant une vaste gamme de tests et de réactifs dans le monde entier, utilisés notamment en oncologie, microbiologie, hématologie et sérologie.

Sa filiale Microgen Bioproducts développe, fabrique et distribue des produits de diagnostic de haute qualité pour les laboratoires cliniques et agroalimentaires, tandis que Lab21 Healthcare est présente dans les produits d’hématologie et de sérologie. 

C’est toutefois à sa branche Primerdsign, spécialisée dans la fabrication de tests diagnostics rapides du coronavirus, que Novacyt doit son envolée boursière. 

Dès le début du mois de février, cette division a mis au point le premier test de dépistage en Europe, certifié par l'Organisation mondiale de la santé (OMS). 

Depuis lors, plusieurs dispositifs de détection ont été lancés par la biotech, dont les fameux tests PCR, qui se pratiquent via un prélèvement, un frottis à l’aide d’un écouvillon, à l’intérieur des narines.  

Le test est actuellement vendu dans plus de 130 pays, le Royaume-Uni et l'Allemagne constituant les deux premiers marchés.

Contrat majeur au Royaume-Uni

Fin septembre, Novacyt confirmait son changement de dimension, tant opérationnelle que boursière, en signant un contrat majeur avec le ministère de la Santé et des Affaires Sociales britannique pour sa panoplie de test COVID-19.

Selon les termes de l’accord, qui est en deux phases, Primerdesign fournira ses produits au Ministère pour une durée maximale de six mois. 

La première phase du contrat (14 semaines) prévoit le déploiement d'instruments PCR q16 et q32, des kits connexes exsig COVID-19 Direct et genesig SARS-CoV-2 Winterplex, de même que des prestations de support d'une valeur minimale de 150 millions de livres sterling (165 millions d'euros).

Après cette période initiale, "100 millions de livres sterling supplémentaires de revenus pourraient être attendus pour les 10 semaines suivantes", précise Novacyt. 

Il s’agit là du deuxième contrat important conclu avec ce Ministère depuis le début de la pandémie.

Distinguer la grippe hivernale du COVID-19

Notons que fin août, Novacyt faisait également parler de lui avec le lancement d'un nouveau produit permettant de distinguer les agents responsables de la grippe hivernale du nouveau coronavirus.

Selon le groupe, les professionnels de santé seraient confrontés à des difficultés pour différencier le nouveau Coronavirus d'autres maladies respiratoires, les patients pouvant présenter des symptômes similaires.

Novacyt cherche également à lancer au cours du trimestre actuel un test sérologique permettant d'identifier les personnes ayant déjà été exposées au COVID-19 et susceptible d'être immunisées contre une nouvelle infection.

18.837%, et après ?

Si la demande de tests ne faiblit pas, difficile d’anticiper la suite pour cet ovni boursier, sachant que potentiellement, la crise sanitaire ne durera pas éternellement et qu’un vaccin arrivera tôt ou tard, rendant de facto le titre volatil.

Notons que si les brokers traditionnels ne suivent pas la valeur, SP Angel, courtier londonien, voit l’action atteindre 16,21 euros à un horizon de douze mois. Son compatriote Numis Securities recommande lui aussi d’acheter la valeur, avec un target price de 15 euros (cours de 12,12 euros actuellement)*.

Coté résultats, Novacyt a bouclé le premier semestre sur un chiffre d'affaires de 72,3 millions d'euros, contre 7,2 millions au premier semestre 2019. Le bénéfice atteint sur la période 40,2 millions d’euros, contre une perte de deux millions un an plus tôt.

Du reste, la trésorerie s’est considérablement renforcée (19,7 millions d'euros en fin de semestre), tandis que l'entreprise notait dans son dernier rapport semestriel s'être acquittée de toutes ses dettes.

Si l'action Novacyt vous intéresse, n'hésitez pas à nous communiquer vos ordres d'achat au +32 (0) 2 533 22 40 ou via info@goldwasserexchange.be

Source

(*) Bloomberg