Goldwasser Exchange

+32 (0)2 533 22 40
Du lundi au vendredi de 8h30 à 18h

Accès client

Le retour du dividende, prochain catalyseur de l’action Bpost ?

Hors Bel 20, Bpost est en progression constante ces dernières semaines. Une rentabilité qui étonne, des prévisions annuelles relevées et un probable retour du dividende constituent autant de facteurs de soutien à l’action du groupe postal belge.

Plus d’un demi-million (contre environ 270.000 en temps normal), c’est le nombre colossal de colis traités quotidiennement par Bpost, sur fonds d'une augmentation spectaculaire des achats en ligne. Et selon la tête du groupe, un record journalier de près de 600.000 paquets livrés devrait être atteint d’ici peu.

En toile de fond : le Black Friday en fin de semaine, la Saint-Nicolas et Noël qui ne vont que renforcer l’afflux massif de colis à traiter, tandis que les commerces non-essentiels restent désespérément fermés.

Une tendance assurément profitable à l’action Bpost qui continue de surfer sur la vague. Si elle se traite à 9,8 euros en ce début de semaine, soit à 7% de ses plus hauts annuels, rappelons que la valeur revient de loin après avoir touché un plus bas historique de 5,44 euros en mai dernier.

L’opérateur détenu pour un peu plus de moitié par l’Etat belge se voyait alors pénalisé par une chute du volume de courrier classique découlant de l’annulation de campagnes publicitaires (crise sanitaire oblige), de l'interdiction de l'envoi vers plusieurs grandes destinations (Etats-Unis, Canada, Chine, Russie et Brésil), et de l’annulation du dividende.

Grâce à la croissance fulgurante des volumes de colis tant au second qu’au troisième trimestre, Bpost allait finalement bluffer les analystes en publiant des résultats supérieurs aux attentes.

C’est notamment la rentabilité et les marges dégagées qui ont étonné positivement, Bpost tirant enfin profit de la réduction de ses coûts, conjuguée à une meilleure efficacité de ses opérations logistiques.

L’envolée du e-commerce et des volumes traités soutient d'ailleurs la transformation de Bpost en une entreprise logistique. A son avantage, car cela permet aux bénéfices de moins dépendre d’une activité postale classique (lettres...) en déclin, au profit des activités logistiques, en pleine croissance.

Vers un retour du dividende ?

Le renouveau du groupe, confirmé par des perspectives de bénéfice opérationnel relevées à 270 millions d’euros pour l’année en cours (289 millions réalisés en 2019), plaide pour le retour du dividende.   

Le 8 décembre prochain, le management pourrait d’ailleurs faire part de ses intentions à ce sujet. Et une nouvelle positive sur le dossier constituerait à n’en point douter un nouveau catalyseur pour l’action.

Pour mémoire, à la mi-mars, la direction de Bpost avait annoncé qu’elle ne verserait pas le solde sur dividende portant sur l’exercice 2019. Au final, un dividende brut par action de 0,62 euro fut versé au titre de l’exercice, au lieu de 0,73 euro initialement prévu.

Plusieurs brokers ont relevé leur TP

Actuellement et sur fonds d’un rebond de près de 80% à 9,70 euros, sept maisons de courtage restent à l’achat sur l’action Bpost, tandis que quatre préconisent de la conserver et un seul de s’en séparer (*).

Notons que dans la foulée des résultats du troisième trimestre début novembre, plusieurs d’entre eux ont relevé leur objectif de cours.

C’est notamment le cas des brokers Kepler Chevreux et Jefferies, lesquels tablent désormais sur un objectif de cours de respectivement de 10,5 et 12 euros, tandis que la valeur a fait son apparition sur la liste d’achats de la Société Générale, dont le target price est fixé jusqu’à nouvel ordre à 9,90 euros.

Source : Bloomberg (*)