Goldwasser Exchange

+32 (0)2 533 22 40
Du lundi au vendredi de 8h30 à 18h

Accès client

BlackRock, 7.800 milliards de dollars en gestion…

7.800 milliards de dollars, c’est énorme et cela fait de BlackRock le n° 1 mondial de la gestion d’actifs.

BlackRock, qui publie ce jeudi les résultats de son exercice 2020, n’a jamais été fondée qu’il y a une trentaine d’années et son patron actuel, Larry Fink (67 ans), en est un des fondateurs.

Pour se faire une idée de ce à quoi il faut s’attendre, reportons-nous aux résultats du 3ème trimestre 2020. L’Echo (17 octobre 2020) en a retiré la substantifique moëlle : hausse de 12 % du montant total des actifs gérés et marge opérationnelle de 47 %. Bref, poursuit L’Echo, « BlackRock ne connaît pas la crise ». Tout indique donc que ses résultats annuels seront excellents.

On sait, chez BlackRock, comment gérer une crise. La preuve en avait déjà été faite en 2008 lors de la crise des subprimes et de la secousse financière qui a suivi. A l’époque, le Financial Times s’en était étonné et avait enquêté sur ce qui permettait au gestionnaire d’actifs de faire preuve d’une imperturbable résilience. C’est tout simplement – si on peut dire – l’outil interne de gestion des risques développé par BlackRock, un outil répondant au nom d’Aladdin et capable, lisait-on (8 mai 2008) sur le site français d’information MediaPart, d’analyser les risques d’investissement pour tout actif et d’en extraire les données essentielles pour les investisseurs. 

Pour en savoir plus, encodez sur internet ‘Aladdin Blackrock’ et vous serez abondamment servi. Les clients de BlackRock sont essentiellement des institutionnels (fonds de pension, compagnies d’assurance, trackers de la gamme iShares), les particuliers ne représentant que 10 % des actifs gérés.

L’an passé, BlackRock a été frappée de plein fouet par la crise sanitaire : en quelques semaines, le montant des actifs en gestion a baissé de 7.430 à 6.470 milliards de dollars. Pour rappel, on était remonté bien au-delà dès octobre 2020 : 7.800 milliards de dollars. Nouvelle preuve, si besoin était, de la capacité du gestionnaire d’actifs à résister aux crises et même à en tirer parti. Au 31 décembre dernier, l’action BlackRock était en hausse de 43 % par rapport au 1er janvier de la même année.

Et depuis le 1er janvier elle a encore réussi à gagner 2 % environ. En moins de 2 semaines.