Goldwasser Exchange

+32 (0)2 533 22 40
Du lundi au vendredi de 8h30 à 18h

Accès client

Voici les 5 actions de l’indice DAX les plus appréciées des analystes

Oblis passe en revue les actions de l’indice allemand Dax affichant la plus belle marge de progression à douze mois, sur base du consensus des analystes.

L’indice Dax ou Deutscher AktienindeX est le principal indice boursier allemand. Sa valeur est fondée sur le cours des actions des 30 plus importantes entreprises cotées à la Bourse de Francfort. Sa composition passera à 40 valeurs "à partir de septembre 2021", selon une décision récente de la bourse allemande Deutsche Börse.

1. Deutsche Telekom AG : un potentiel de 30%

La palme de la marge de progression de la plus élevée revient à Deutsche Telekom, et de loin. Le groupe allemand de télécommunications qui affiche une capitalisation boursière de l’ordre de 72 milliards d’euros bénéficie d’une recommandation d’achat de la majorité des analystes qui suivent la valeur (*). Ils sont 26 à "acheter" l’action et 5 à la "conserver". Aucun n’est à "vendre". Leur objectif moyen à 12 mois est de 19,72 euros, laissant entrevoir une plus-value potentielle de 30,42% (en regard d’un cours de 15,12 euros à la clôture ce mardi 12 janvier).

Plusieurs analystes ont confirmé ces derniers jours leur opinion positive sur le dossier Deutsche Telekom, alors que T-Mobile US, la filiale américaine du groupe télécom basé à Bonn, a gagné encore plus de nouveaux clients au dernier trimestre 2020 que ce qui était déjà prévu. Par ailleurs, selon le Financieel Dagblad, Deutsche Telekom, préparerait la vente potentielle de T-Mobile Netherlands. La filiale néerlandaise, troisième opérateur aux Pays-Bas derrière KPN et VodafoneZiggo, vaudrait entre 4 et 4,5 milliards d'euros, selon le journal financier.

2. Fresenius SE & Co KGaA : un potentiel de 28%

Autre valeur en vue chez les analystes: le groupe de santé Fresenius SE & Co KGaA. Le consensus envoie ainsi l’action (*) à près de 49,50 euros contre 38,67 euros à la clôture ce mardi (soit une capitalisation boursière de 21,6 milliards d’euros). Les analystes ont un avis tranché sur l’action avec 20 recommandations d’achat, 3 de conserver et une seule de vendre.

Société plus que centenaire, Fresenius décline ses activités en quatre grandes divisions que sont Fresenius Medical Care (leader mondial de la dialyse), Fresenius Kabi (perfusion et nutrition clinique), Fresenius Helios (hôpitaux et cliniques) et Fresenius Vamed (gestion des projets de réalisation et de l’activité de centres de soins). A ce titre, le coronavirus a pesé sur l’entreprise médicale. Au début de la pandémie, de nombreux lits ont dû être libérés pour d'éventuels patients atteints de Covid 19, et les traitements planifiables ont été reportés. Cela a mis à rude épreuve le groupe. Les choses se sont améliorées en fin d’année, sans toutefois se traduire jusqu’à présent dans le cours de l’action qui a perdu 24% en 2020, l’une des plus mauvaises performances de l’indice Dax.

3. E.ON SE : un potentiel de 23%

Le groupe énergétique allemand E.ON atterrit en troisième position, avec un potentiel de hausse de 23%. L’objectif de cours à 12 mois des analystes (*) est en effet fixé à 10,84 euros, contre un cours actuel de 8,81 euros (**).

La communauté des analystes (18 à l’achat, 10 à conserver et 1 à vendre) tient la valeur à l’œil alors que le conseil de surveillance d'E.ON SE a annoncé qu'il remplacerait son PDG, Johannes Teyssen, à l'expiration de son mandat à la fin de mars 2021. Teyssen a dirigé l’entreprise durant une décennie marquée par la sortie nucléaire de l'Allemagne et deux transformations structurelles majeures qui ont fait de l’entreprise allemande l’un des plus grands acteurs européens des réseaux électriques et gaziers.

Le départ de Teyssen ajoute à la liste d’une longue série de départs en 2020 parmi les entreprises européennes d'électricité et de gaz. En 2020, 12 des 25 plus grands services publics et privés d'énergie ont changé de dirigeant ou annoncé que leurs PDG partiraient avant la fin de 2021, selon Standard & Poor’s.

4. Volkswagen AG : un potentiel de 22%

Quatrième sur la liste: le constructeur automobile allemand Volkswagen AG dont la capitalisation boursière avoisine les 73 milliards d’euros. Le constructeur aux douze marques bénéficie d’une seule recommandation de "vendre" face à 19 avis d’achat et 7 de conserver. JP Morgan a réitéré son opinion positive sur le titre en début d’année avec un objectif de cours fixé à 190 euros, identique à celui fixé par Société Générale et le plus élevé de la communauté des analystes. Celle-ci table sur un objectif de cours moyen de 178,43 euros d’ici un an, laissant entrevoir une plus-value potentielle de 22,41% (en regard d’un cours de 178,43 euros à la clôture ce mardi 12 janvier).

L'analyste Jose Asumendi de JP Morgan a salué les résultats des dernières délibérations du conseil de surveillance, dans une étude publiée le mois dernier, après la décision du conseil de surveillance de Volkswagen d’apporter son soutien sans faille au président du directoire Herbert Diess. Celui-ci a été confirmé à la tête d'une direction renouvelée pour transformer le groupe en une entreprise orientée vers l'innovation technologique. Il devrait aussi voir les mains libres pour poursuivre la restructuration de l’entreprise.

5. Bayer : un potentiel de 20,56%

Bayer (capitalisation boursière de 49,4 milliards d’euros) peut lui aussi compter sur la bienveillance des analystes. Ceux-ci tablent sur une belle plus-value pour le titre avec un objectif de cours de 60,69 euros à 12 mois, soit un gain potentiel de 20,56% sur base du cours actuel de 50,34 euros. Les analystes sont positifs, mais partagés sur la valeur. Si on dénombre un vendeur, les analystes à l’achat sont talonnés par ceux qui recommandent de conserver les positions actuelles détenues en Bayer. Le panel pourrait évoluer alors que le géant de la chimie-pharmacie a annoncé jeudi dernier un partenariat avec le laboratoire pharmaceutique allemand CureVac, pour soutenir ce dernier dans le développement d'un vaccin contre le Covid-19. Ce traitement est actuellement en dernière phase d'essai clinique. Il présente l’avantage de pouvoir rester stable pendant au moins trois mois à la température d'un réfrigérateur, tandis que le vaccin Pfizer/BioNTech doit être conservé à -70 degrés et celui de Moderna à -20 degrés.

Si l'une de ces actions vous intéresse, n'hésitez pas à nous communiquer vos ordres d'achat au +32 (0) 2 533 22 40 ou via info@goldwasserexchange.be

Notes et sources

- (*) Sur base du consensus Bloomberg

- (**) Cours de clôture du mardi 12 janvier 2021