Goldwasser Exchange

+32 (0)2 533 22 40
Du lundi au vendredi de 8h30 à 18h

Accès client

Europcar Mobility Group : spéculer sur la restructuration

Europcar, qui présente ce mardi ses résultats pour 2020, c’est l’Avis ou le Hertz français, fondé à Paris au lendemain de la seconde guerre mondiale sur la même idée : la location de véhicules.

Europcar est longtemps restée très française. Ce n’est qu’à partir de 1973 que l’entreprise ouvre une succursale en Belgique, puis en Allemagne, aux Pays-Bas, en Suisse, en Espagne, en Italie, au Portugal et au Royaume-Uni puis, enfin, aux Etats-Unis et au Canada via des accords avec des loueurs locaux. Le réseau, qui est partiellement franchisé, s’élargit dans les années nonante à la Chine, au Proche-Orient puis à l’Amérique centrale.

Ce qui surprend, c’est le fait que l’actionnariat d’Europcar a beaucoup évolué – c’est un euphémisme. Au départ entreprise familiale, Europcar est rachetée par Renault, puis par la Compagnie des Wagons-Lits, puis par Accor pour devenir en 1999 une filiale à 100 % de Volkswagen. En 2006, Europcar est rachetée par la société d’investissement française Eurazeo (groupe Lazard), qui l’introduit en Bourse en 2015. Parallèlement, devenue Europcar Mobility Group, l’entreprise élargit son offre avec la location d’utilitaires, les véhicules d’occasion (2nd Move), le low cost (GoldCar), les véhicules en partage, la location de scooters électriques (Scooty) et même la location de voitures entre particuliers.

Europcar est leader en Europe avec une part de marché évaluée à 27 % et si l’ambition d’Eurazeo était très nettement de faire une percée sur le marché mondial avec l’acquisition en 2019 d’un gros loueur américain, Fox Rent A Car, la crise sanitaire a bousculé ses plans. Avec la disparition du marché touristique et la paralysie du marché business, Europcar n’a pu résister. Eurazeo a annoncé son intention de vendre. Le problème est que l’entreprise est fortement endettée. Elle s’est donc lancée dans une restructuration, en collaboration avec le Tribunal de Commerce de Paris, et une augmentation de capital qui, selon un communiqué publié en février dernier, ‘ouvre un nouveau chapitre de l’histoire du groupe’.

Les résultats de 2020 seront mauvais. Acheter Europcar, dont le cours boursier est à un plancher sur 5 ans, c’est spéculer sur la réussite de ce ‘nouveau chapitre’.